VOYAGER PEUT-IL SOIGNER UN CORPS MALADE ?

J’ai décidé d’écrire cet article assez intime (quoi, intime ? Wouhou !) suite à quelques mails que j’ai reçu de lectrices. Des personnes qui me parlent de leur envie de voyager, de partir réaliser leurs rêves à l’autre bout du monde mais… il y a un petit souci… Crises d’angoisse, de panique, agoraphobie, torticolis… pas de maladies gravissimes, bien entendu, mais des maux suffisamment gênants au quotidien pour pouvoir remettre en question un projet de voyage. Voyager peut-il soigner un corps malade, vraiment ? Je ne suis pas médecin donc je ne peux, bien évidemment, pas me prononcer sur quoi faire ou non. Mais je peux vous dire que j’avais moi-même pas mal de soucis au quotidien et que… le voyage m’a soigné, moi !

 

Voyager peut-il soigner

Comparez plutôt ces deux photos !

Changement notoire, non ? Haha, on pourrait presque jouer au jeu des 7 erreurs ! À gauche, je me trouve à Perth, je viens tout juste de quitter mon job et d’arriver en Australie. À droite, je suis à Sydney (ah bon, je n’avais pas reconnu…!) et je termine quasiment mon road trip australien, un an plus tard.

Qu’est-ce qu’on pourrait dire en comparant ces deux photos ? Que je suis plus bronzée sur celle de droite, forcément ! Un peu plus en chaire aussi (+8 kg, tu m’étonnes !). Plus sûre de moi, ça, c’est sûr. Et puis, je pense qu’on peut dire, plus radieuse aussi, plus épanouie, plus sereine, plus dynamique, plus tout, en fait (haha, belle gosse, quoi, allez, je m’octroie ce compliment !). Même les fringues sont représentatives d’un changement. J’ai troqué mon top ample et mon short large pour des formats moulants et minis (ah bah bravo !).

Et croyez-moi, on ne se parle que de changement extérieurs mais les changements intérieurs sur la photo de droite sont encore plus importants…

Comment gérer le sentiment de culpabilité pour voyager + !

 

Voyager peut-il soigner

À gauche, cette fille se fait un peu bouffer par la vie

Je souffrais depuis quasiment dix ans de maux de ventre à répétition. Sans rentrer dans les détails scabreux, disons que j’oscillais entre le fait d’oublier jusqu’à l’existence des toilettes pendant une semaine… et le fait de m’y rendre plus rapidement que Ushen Bolt plusieurs fois par jour (et on s’en tiendra là, vous avez compris le principe, hein ?!). Et ce sans raison aucune de prime abord. Les médecins ne savaient juste pas quoi me dire…

Malgré une alimentation normale, j’avais également fondu drastiquement durant les 4 dernières années avant de partir voyager. J’avais perdu 5 kilos dès le début de mon activité professionnelle. Je n’étais déjà pas bien épaisse à la base, mais mes 50 kg tout mouillé (et avec beaucoup d’eau dans les cheveux…) pour 1m67, croyez-moi, ça fait rêver sur le papier des magazines, mais ce n’est pas terrible en vrai. J’avais tellement perdu de force que durant la dernière année avant de partir, je pouvais à peine monter mon sac de courses plein sur les trois étages pour remonter chez moi… Pathétique.

Sans compter les deux dernières années avant le grand départ où je connaissais de temps en temps les joies d’un malaise vagal bien placé, au restaurant ou en soirée (c’est toujours plus facile de lier connaissance quand on s’apprête à vomir sur les genoux de son voisin et qu’on s’évanouit dans ses bras) !

La cause de ces trois maux ? Le stress, c’est certain (haha, quand je vous dis que je suis une stressée de la vie !). Peut-être aussi le fait de ne pas être en accord avec moi-même, de ne pas m’écouter. Le corps est une machine qui fonctionne en harmonie avec l’esprit et l’âme. Quand l’harmonie est rompue… c’est le mi-mi, c’est le ra-ra…, c’est la… me-merde !



 

Voyager peut-il soigner

À droite, c’est elle qui bouffe la vie à pleine dents

Cela va peut-être sonner comme un conte de fée à la Disney, mais tous ces maux m’ont quitté quand je suis partie en Australie. Je n’ai plus eu mal au ventre du tout (évidemment, les intoxications alimentaires ne comptent pas, haha !!). J’ai repris du poids (+8 kg, on en parlait, tiens), et de la force par la même occasion, youpi ! Et Mr Malaise Vagal n’est jamais revenu.

Ce qui me rend toujours dubitative, c’est de me rendre compte que la seule année où je n’ai pas eu un seul mal de ventre dans la presque décennie avant de partir, c’était durant mon année en Erasmüs en Angleterre (j’avais 21 ans) !
À croire que le voyage, ou du moins, le fait de sortir de ma zone de confort, de reprendre ma vie en main en me lançant un nouveau challenge, est mon meilleur antidote. Tout du moins, un placebo efficace !

Bien évidemment, les maux, qui me concernaient, n’étaient pas des maladies graves comme certains peuvent avoir. Le voyage n’est pas miracle « tout va bien, Bisounours World & Co ». Mais disons que si vous sentez que votre corps ne va pas bien, commencez par vous poser la question si votre tête va bien. Les crises d’angoisse et les blocages du corps, par exemple, ne sont pas des réactions anodines du corps. Ce sont des messages auxquels il faut être attentif.

Tous mes articles pour vaincre tes peurs et partir voyager sont ici !

 

Le voyage pourrait bien être votre meilleur médicament à un mal-être profond, tout comme une activité créative ou artistique, ou même le sport. N’importe quelle activité qui permette de se dépasser et de reprendre confiance en soi ! N’oubliez pas que ce n’est pas la vie qui doit vous bouffer, mais vous qui devez croquer la vie à pleine dents ! YOUHOUUUUUUUUUUUUUUU !

Enregistrer

Nastasya Kotnarovskyhttps://www.valizstoriz.com
Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

D'autres articles pour toi !

BIENVENUE DANS LA VALIZ

Fais péter ton budget voyage

Travaille et voyage en même temps

Commentaires

  1. Je suis aussi une stressée de la vie, victime de maux de ventre quand je stresse, et aussi à cause d’une intolérance au lactose ^^

    Quand je voyage, j’ai TOUJOURS peur d’être malade, ça ne me quitte que lorsqu’il ne reste que 2-3 jours (je me dis « OUF c’est bon je peux me détendre, il ne reste que 3 jours avant de retrouver ma vie sécuritaire »). La nourriture du continent nord américain ne m’aide pas dans ce sens, je fuis aussi la nourriture pas fraiche, je fais une psychose; trop peur d’être malade et d’être donc handicapée par le fait de devoir trouver des toilettes tout de suite maintenant ! En Asie, je devais prendre un bus de nuit, sans toilettes, eh bien je n’ai mangé que du riz le soir avant le voyage, alors que tous mes autres amis se goinfraient sans crainte.

    Pour cette année je prévois un road trip aux USA, j’ai peur d’avance… et pourtant j’ADORE voyager. :(

    • Haha mais comme je comprends trop, c’est tellement galère ces sensibilités du bide !!! Franchement, c’est vrai qu’il n’y a pas grand chose à faire. Je me suis cependant rendue compte que finalement, j’y pensais beaucoup plus que ce que j’avais de problème. Et au final, à part en quelques rares occasions, t’as toujours une option autour de toi si problème pressé loool ! C’est tellement dommage de tourner sa vie autour de ça, je comprends, j’ai été pareil. Mais maintenant, j’essaye de moins y penser et bizarrement, ça fonctionne mieux ;)

  2. Je me sens différente psychologiquement quand je suis en voyage, et c’est pourquoi, avant de me lancer dans l’aventure « famille », on a prévu un long voyage. J’ai envie de grandir et de m’épanouir et ton article confirme que ce n’est pas anodin, qu’on a besoin ( pour beaucoup), à mon moment de notre vie, de sortir de nos carcans !

    :) Merci !

    • Ah quelle belle décision de partir avant de fonder une famille !!!! Comme ça, aucun regret quand les mouflets seront là haha !!! Oui, c’est dingue comme le fait d’être hors de son environnement et de son quotidien permet de relativiser, de se détendre et de mieux se connaître. Clairement une thérapie du tonnerre! Je te souhaite que cela t’apporte le meilleur avant ta prochaine aventure ;)

  3. J’aurais tendance à dire que oui, le voyage peut soigner ! J’ai pu faire ma convalescence de fracture de clavicule sous le soleil du Sénégal. ;o) Mais j’ai quand même dû annuler 2 voyages, un en Ecosse à cause de cette fracture à la clavicule et l’autre en Belgique à cause d’une grosse entorse à la cheville.
    En tout cas, c’est sûr que pour booster sa confiance en soi, ses capacités d’adaptation, sa zénitude, et identifier ses vrais besoins, j’ai pas trouvé mieux que le voyage !

    • Haha ma pauvre Amélie et sa clavicule folle !!! J’avoue que pour les os, c’est plus compliqué ;) mais quand tu seras remise, tu repartiras de nouveau plein badin !!!! Bon courage pour ta convalescence ma belle, je sais que c’est long et relou.

  4. Avec ma crise d’appendicite en Indonésie, il est difficile de croire que je me reconnais dans ton article. huhu. Et pourtant, comme toi, partir en PVT en Australie m’a fait un bien fou : regain d’énergie, plus cette fichue douleur à la poitrine qui me prenait si souvent à cause du stress, … Même mes cheveux et mes ongles sont en meilleure santé ! J’ai aussi perdu 9kg, mais pour moi c’était plutôt une bonne chose. Bref, tu as raison : voyager peut faire des miracles !

    • Hahah j’avoue, le coup de pas de bol pour l’appendicite (plaint toi, t’étais malade à Bali !! ). Je blague bien sûr !! Ah ouais, les cheveux, clair !!! Le fait de mieux dormir aussi, d’être plus souvent dehors aussi. Bref, c’est un peu THE cure bien-être dans le bush haha !!! Et chapeau, -9kg en Australie. J’avais plutôt fait l’inverse pour ma part mwouhaha !!!!! Bravo !

  5. Cet article me touche particulièrement! La dernière décennie n’a pas été des plus faciles pour moi, avec un genou pété, qui a entrainé des problèmes de dos, tu ajoutes à ça des problèmes respiratoires (genre asthme en pire) et des problèmes de digestion pour completer le tableau, et tu as moi pendant mes 20 ans! Je ne dirais pas que dans mon cas le voyage m’a guéri (le genou c’est bon, mais je me traine toujours le reste), mais mes problèmes de santé ne m’ont pas empêché de poursuivre mes rêves !!!

  6. Sans aller jusqu’à soigner les maux, en voyage, on a tellement d’énergie c’est fou ! Aucun problème pour se lever à 6h du matin, ca se fait meme tout seul ! Et on enchaine les activités physiques sans jamais se fatiguer !
    Pour ma part, je perds souvent minimum 2 kg quand je rentre de vacances ! Meme après des raclettes au ski et un mois en Amérique du Nord ! Je pense que cela vient des nombreuses activités physiques que l’on pratique. Mais peut être est ce plutôt l’absence de boulot qui occupe l’esprit ! (A l’inverse de toi, le stress me fait grossir !)

    Je suis sure que le Voyage, sans forcément aller jusqu’au Voyage au long court, soigne les maux de l’esprit !! On se sent tellement soi quand on arrive à le mener tel qu’on le souhaite !

    • Complètement d’accord avec ce sentiment d’énergie sans bornes ! Clairement, l’activité plus régulière aide. Et je pense aussi que quand la tête va mieux, cela a une influence directe sur le corps, c’est un fait. C’est là que tu te dis que nos médecins devraient peut-être se mettre à prescrire moins de médocs et plus de solutions naturelles haha, ça coûterait moins cher à la Sécu lool ! Soyons plus nous pour aller mieux !!! :D

  7. Ca fait plaisir à voir, cette différence sur les photos! Bravo!
    Pour ma part, mes brûlures d’estomac qui me gachaient la vie depuis 10 ans se sont estompées, puis ont disparu pendant mon pvt en NZ. Peu importe le pourquoi du comment, je suis bien contente!

  8. Oh!!! C’est justement la question que je me pose depuis quelques semaines!! Et j’avais déjà bien envie de répondre un grand OUI! Victime de problèmes d’angoisses, stress incessant (et soucis digestifs quotidiens qui vont avec..), dépression, je suis partie en Asie au mois de novembre, et au retour, plus rien de tout ça ! 1 mois, oui j’ai bien dit 1 mois! Avec tous ces changements, les gens ont l’impression que je suis partie 2 ans…eh bah non!! « Guérie » de tout ça et je me sens Forte!! Déjà repris 3kg 1 mois après le retour, un appétit d’ogre, moi qui stagnais à 45 kg depuis des années.. du coup je n’ai plus qu’une seule idée en tête…repartir vite..et loin!!! :)

    • Haha c’est génial ce retour d’expérience, merci Myriam !!!! :D Même 1 mois de voyage peut avoir un impact énorme si c’est vécu intensément et te plonge loin de tes repères ! C’est absolument génial, bravo à toi ! Comme tu dis, garde cette solution miracle avec toi. Et quand t’as besoin, hop, t’en remets une couche héhé !!!

  9. Pour ma part, lors de mon année en Australie je n’ai eu aucune crise d’une maladie chronique que je me trainais. En plus, en partant j’avais des allergies alimentaires (à certains fruits), là-bas elles se sont envolées mais surtout ne sont jamais revenues……

    Donc oui, bien dans sa tête, mieux dans son corps sans aucun doutes!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Donne ton commentaire !
Ton nom