Koh Tao en Thaïlande
,

COMMENT J’AI SU TROUVER MA VOIE ALORS QUE J’ÉTAIS PERDUE

Ces dernières années, j’ai rencontré un nombre incalculable de personnes, sur la route ou même en France qui me disent : je veux trouver ma voie ! Une raison d’être, une vocation, une mission, la réponse à ce qui pourrait bien occuper leur vie et leur donner l’idée d’être heureux, d’être utile, ou tout simplement épanoui en faisant cette fameuse chose. Et la phrase qui revient inlassablement est : mais je n’ai aucune idée de ce que je veux faire de ma vie !!! Chercher sa voie, j’ai été là aussi ! À attendre patiemment que l’illumination vienne, littéralement assise à mon bureau, en cherchant l’inspiration et en regardant le plafond. Permettez-moi de vous dire que j’ai compris que ce n’était pas la bonne méthode. Je n’ai pas de manuel pour expliquer comment j’ai trouvé ma voie. Mais si vous cherchez la réponse à ce que vous voulez vraiment faire de votre vie, voici quelques pistes à suivre !

 

VOYAGER

Yep, buddy ! Impossible de commencer cette liste sans mentionner ma première source d’inspiration pour trouver ma voie : le voyage !!! Et quand je dis voyager, ce n’est pas en pensant que voyager EST la réponse. Non, c’est juste un moyen formidable de s’ouvrir à d’autres horizons, de rencontrer d’autres personnes, de mieux se connaître et de revenir à des choses plus simples. Et dans ce genre de contexte, c’est souvent beaucoup plus facile de se recentrer sur l’essentiel, ce qui compte vraiment. Ce qui te motive vraiment dans la vie ressort. C’est pour quoi je continue à voyager suite à ma première année en Australie. Évidemment, je suis curieuse et veut en voir un max ! Mais c’est aussi parce que ces périodes de ma vie sont des parenthèses qui me permettent de vraiment me reconnecter avec qui je suis et ce que je veux vraiment faire de ma vie. C’est un moyen magique !

ÊTRE PATIENT

Et je rigole en disant cela, car je suis la personne la moins patiente du monde (et ce n’est rien de le dire) !!! Mais à chaque fois que quelqu’un me demande comment je fais pour trouver ma voie, c’est ce que je finis toujours par dire : il faut être un peu patient. Car la création et la compréhension de qui l’on est, passe par un long processus qui demande donc du temps pour absorber et prendre du recul afin de mieux repartir. C’est comme ça. Et si le temps n’est pas pris, vous aurez de grandes chances de partir dans la mauvaise direction. Car vous n’avez pas pris le temps de vous écouter. J’ai fait de nombreuses erreurs et détours comme ça. Rien de grave, on fini toujours par retrouver le chemin quand on s’écoute. Mais le changement est un processus qui requiert un peu de temps, alors préparez-vous !

 

PASSER À L’ACTION

Littéralement, passer-à-l’action. Faire quelque chose, n’importe quoi. Je me suis rendue compte avec les années que le temps de réflexion a son importance. Et il faut se donner des bulles d’air et de réflexion de temps en temps. Mais quand tu arrives au point où tu sens que cela ne sert plus à grand chose parce que tu tournes en rond, c’est que c’est le moment de passer à l’action. Tu ne sais pas quoi faire ? Aucune importance. Fonce ! Car prendre des initiatives va te permettre de trouver des réponses, même si ce n’est que « ah bah non, ce n’est pas ce que je veux faire en fait ». C’est déjà un début. J’ai d’abord pensé que je voulais devenir blogueuse de voyage en revenant de voyage. J’ai essayé et je n’ai pas aimé. Mais j’ai mieux compris ce qui me plaisait ou non dans ce type de job. Et j’ai affiné mon projet par la suite par rapport à ce que j’avais déjà appris de cette expérience. L’action apporte des réponses, alors go !

 

ACCEPTER DE NE PAS SAVOIR

Ouah, et c’est une ancienne maniaque du contrôle en sevrage qui vous dit ça, haha ! Encore aujourd’hui, quand on me demande ce que je veux vraiment faire de ma vie, je ne sais pas quoi répondre (après 4 ans, c’est rassurant, hein) ?! Bien sûr, j’ai des pistes. Je sais que je veux vivre en accord avec mes valeurs, être heureuse avec peu et me rendre utile en aidant d’autres personnes à se trouver et s’épanouir. Mais je ne peux pas dire : « je sais exactement quelle est ma raison d’être ». Et j’ai arrêté de stresser par rapport à ça. Car en fait, j’ai compris que c’est un cheminement qui peut parfois prendre une vie. Si je ne me concentre que sur la finalité, je risque de nombreuses années à ne pas m’éclater du tout !! Alors que le cheminement est fun, justement. Je me lance dans plein de projets, j’apprends énormément tous les jours. Je suis en contact avec des gens supers, je voyage, je découvre. Oui, je ne sais pas où je vais, mais j’y vais et le sourire aux lèvres. Car tant que je m’éclate et me sens en accord avec moi-même, je me dis que c’est ce qui compte ! On verra pour le point d’arrivée plus tard ! Mais prenez du plaisir sur le chemin, c’est déjà un bon début !

 

FAIRE RÉGULIÈREMENT LE POINT DE CE QU’ON AIME OU PAS

Et là, je fais appel à votre petit outil que bien trop peu de gens utilisent, je pense : votre intuition ! Je reste convaincue que dans n’importe quelle décision que vous allez prendre dans les prochaines années de votre vie, elle doit rester votre boussole. Personne ne nous connaît mieux que nous-même, personne ! Si j’avais écouté mon entourage à mon retour de voyage, je serai aujourd’hui guide de voyage pour je ne sais quelle agence de tourisme. Et même si cela sonne comme un rêve pour beaucoup de monde, je savais que pour moi, ce serait un cauchemar. Retour à la case départ. Personne ne comprenait mon refus, mais j’ai tenu, car mon intuition me disait que ce n’était pas pour moi. Et aujourd’hui, quand je vois que je me rapproche de mon but de plus en plus, et que j’arrive à vivre tout en me respectant, moi, mes rêves et mes valeurs, je me dis qu’il ne faut rien lâcher et ne pas hésiter à faire le point régulièrement pour garder le bon cap.

TROUVER CE EN QUOI ON EST BON

Oui, parce que mine de rien, je reste convaincue que l’on a des talents naturels qui peuvent nous aider pour trouver sa vocation ! On peut se former, apprendre et pratiquer un métier où une activité quelconque en partant de zéro, aucun souci avec ça. Mais je crois aussi que la nature nous a donné des talents naturels et que ce n’est pas par hasard. Si je prends mon exemple, je sais (sans manquer d’humilité en disant cela) que je suis douée pour donner le pep’s aux gens autour de moi. C’est comme ça ! Je ne le fais pas exprès, mais et d’une, mon caractère ultra enthousiaste m’aide dans ce sens. Et deuzio, je le fais avec plaisir, car j’adore avoir l’impression que j’ai collé le sourire à quelqu’un pour la journée. C’est ma victoire à moi ! Aucune idée de comment je peux en faire une mission de vie à grande échelle, ou même un métier en soi. Mais j’y travaille. Parce que je sais que ce talent n’est pas là par hasard ! Trouvez les vôtres !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

REPENSER AUX PLAISIRS ET RÊVES DE L’ENFANCE

Car c’est bien connu : « la vérité sort de la bouche des enfants », n’est-ce pas ?! Et plus je grandis (ok, vieillis maintenant lol), plus je me rends compte que mon petit moi de 5 ans en savait plus sur ma vocation potentielle que mon moi adulte, c’est affolant. Je viens de passer des années à voyager, me poser des questions philosophiques de type : « qui suis-je, pourquoi je suis là, dans quel état j’erre » (pour citer mon père qui me fait toujours mourir de rire avec ces phrases) ! Pour finalement me rendre compte que tout ce qui me plaît, et bah, c’est ce que je faisais quand j’avais 5 ans : faire le con, faire la star, danser partout, rire et chanter. Et 25 ans après et une bonne dose de programmation sociale, et bah ce n’était plus clair du tout… Alors repensez à ce qui vous faisait vibrer quand vous étiez gosse. Parfois, la clé se trouve là !

LIRE ET S’INSPIRER

Pour ma part, la lecture a toujours été ma source d’inspiration principale. Lire des romans d’aventures, des récits de grands personnages, c’est autant de sources d’inspiration qui me permettent d’alimenter la petite machine qui me sert de cerveau et qui me fait dire : j’aimerais que ma vie ressemble à ça ou ça, et les valeurs de cette personne font écho chez moi. Je me suis rendue compte à travers les livres que j’ai lu, les films que j’ai regardé, les personnes que j’admire que je me retrouve totalement dans ces profils courageux, indépendants, forts d’esprit (voir un peu têtus) ^^ et prêts à mourir pour leur conviction (bon, on est d’accord, je n’en suis pas encore à ce niveau, hein) ! Mais je me dis que si je veux être en accord avec moi-même, c’est dans cette direction qu’il faut que je me tourne. J’ai du boulot, nickel, de quoi occuper une vie, haha ! Et vous, qu’est-ce qui vous inspire ?

 

NE PAS S’OBLIGER À RENTRER DANS UN CASE

Je reste convaincue qu’on est beaucoup trop catégorique dans nos sociétés. On adore mettre les gens dans des cases. Parce que c’est tellement plus simple et rassurant. C’est beaucoup plus compliqué que ça. Quand je suis revenue de voyage, je ne savais pas trop bien ce que je voulais faire. Mais j’avais compris que la réponse ne serait pas unique. Je voulais écrire, photographier, me mettre en scène, aider d’autres à se lancer. Je voulais être libre, continuer à voyager et porter un message fort au plus grand nombre. Et on me répondait : « bah t’aimes bien voyager, fais guide de voyage » (c’est où la corde pour se pendre, s’il vous plaît) ? Bien évidemment, on peut parfois difficilement faire un métier de TOUT ce qu’on aime. Mais on peut certainement intégrer la plupart des raisons pour lesquelles on aime les faire au quotidien. Et pour ma part, je ne veux pas choisir entre ce que j’aime et ce que j’aime. Alors je prends tout, pourquoi pas ? Du coup, j’écris, je prends des photos, je me mets en scène, j’aide les autres. Et je gagne ma vie comme ça ! Ne vous forcez pas à rentrer dans des cases. Et si la case de vos rêves n’existe pas, créez-là !

Voilà les différentes techniques que j’ai utilisées pour trouver ma voie ces dernières années, alors que j’étais complètement perdue suite à mon premier voyage. Ce sont des conseils d’expérience. Il y a en a certainement plein d’autres que je vous amène à partager en commentaires avec plaisir ! Cela vous éclaire-t-il ?

Si tu as aimé cet article, tu aimeras aussi : 8 manières de booster sa confiance en soi et d’être happy !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

19 comments on “COMMENT J’AI SU TROUVER MA VOIE ALORS QUE J’ÉTAIS PERDUE

  1. 12 décembre 2017 at 8 h 47 min

    Trouver sa voie n’est pas une chose facile. On essaie souvent beaucoup de choses, on se cherche, on voit que le travail que l’on fait ne nous motive pas à nous lever le matin mais on a pourtant aucune idée de ce qu’on pourrait faire à la place.
    Pour ma part, j’aime mon métier, je ne l’adore pas mais j’ai appris à en apprécier les bons côtés. Pour contrebalancer le fait que je ne vive pas de ma passion, je développe au maximum mon temps libre avec des choses que j’aime histoire d’équilibrer. Et les voyages sont clairement mon moteur, j’ai longtemps voulu être journaliste ou interprète ou même travailler dans le tourisme en espérant que cela me permettrait de voyager mais j’ai choisi une toute autre voie: le droit! Au moins je suis libre de voyager de la manière dont j’ai envie sur mon temps libre :)
    Belle semaine à toi <3

    • 24 janvier 2018 at 15 h 20 min

      Et bien tout ce qui compte, c’est de trouver son équilibre ! Perso, je suis super contente d’avoir fait le choix de vivre de ma passion, parce j’y trouve un grand épanouissement. Mais pour dire les choses jusqu’au bout, je n’ai jamais autant travaillé de me vie (forcément, où sont les limites) ? Et je veux bien entendre que certaines préfèrent privilégier un boulot un chouilla moins prenant et des hobbies à côté. C’est aussi un super équilibre je trouve, à chacune de trouver ce qui lui correspond ! Merci pour ton retour car ça peut en aider certains à y voir plus clair <3

  2. 12 décembre 2017 at 12 h 05 min

    Hello ! J’ai dévoré ton article et je me reconnais dans certains points (et je reconnais des personnes de mon entourage aussi d’une certaine manière). Trouver sa voie, est une inspiration de notre génération. Ce qui peut étonner nos grand-parents, à leur époque, pas de vocation mais du travail. Notre génération cherche l’épanouissement sur tous les plans et il nous arrive d’être perdue et c’est l’angoisse pour certain. Les générations bougent, les sociétés aussi, le monde du travail aussi, la recherche du bonheur… J’aurai du être anthropologue moi finalement ;) Ton article fait réfléchir, c’est chouette !
    https://la-parenthese-psy.com/

  3. 12 décembre 2017 at 18 h 39 min

    Il est vraiment génial cet article Nastasya, bravo ! Bon moi en ce moment je suis au point j’arrête de tourner en rond, je passe à l’action on verra où ça me même mais en tout cas j’ai hâte d’être en 2018 pour le voir !^^

  4. 12 décembre 2017 at 21 h 50 min

    Merci pour ce point de vue qui est RASSURANT et qui aide à réfléchir !
    Bonne soirée :-)

  5. 13 décembre 2017 at 10 h 38 min

    Merci Nastasya de penser à tes brebis égarées :) Je ne peux qu’approuver tes conseils. Il faut savoir apprécier le voyage car il peut être long, mais à force d’essais plus ou moins fructueux on finit par s’en rapprocher. Work in progress !

  6. 13 décembre 2017 at 22 h 32 min

    C’est vraiment top top ton article. Ça remet tout en perspective.
    Merci merci ☀

  7. 19 décembre 2017 at 23 h 58 min

    Cet article est génial!Je suis en plein dans ces questionnements. Mais je commence à tourner en rond donc je crois qu’il est temps de passer à l’action^^

    • 24 janvier 2018 at 15 h 03 min

      Haha yes Jess !!!!! Va falloir que tu me dis où tu en es toi ??? Toujours à Oxford ! Et oui on est d’accord ! L’action, y’a que ça de vrai !

  8. 25 février 2018 at 17 h 47 min

    Hello ! J’ai découvert ton blog ce jour et comment dire… j’ai l’impression de lire mes pensées d’il y a 2ans quand j’étais totalement perdue !

    Le jour où j’ai compris que je ne rentrais pas dans une case a été très dur sur le moment, mais comme tu dis il faut être patient.. depuis 2 ans j’ai appris que je ne rentre pas dans une case et depuis que j’ai compris cela tellement de choses ont changés (boost de confiance en soi, partir seule à l’autre bout du monde, vouloir créer les choses par soi même, …)

    Hâte de lire ton livre ;)
    PS: je comprends ton coup de coeur pour Koh Tao

  9. 14 mai 2018 at 12 h 52 min

    J’ai adoré te lire et je me retrouve dans ton article. Le plus dur est d’accepter de ne pas savoir ce que l’on veut, d’être patient.. Surtout après quelques années, on doute encore plus. Pourtant on en apprend un peu plus sur nous chaque jour et peut-être que pour certains (comme moi) ça prend beaucoup plus de temps.. En tout cas tu as bien raison, il ne faut pas rester figé trop longtemps. En tout cas tu auras su me faire déculpabiliser et même me rebooster, merci encore !

    • 5 juillet 2018 at 11 h 02 min

      Je te rassure, je suis aussi une lente de l’apprentissage haha ^^ Comme tu dis, doucement mais surement :) Merci pour ton retour en tout cas, cela fait plaisir de voir qu’on n’est pas seul dans notre cheminement ! <3

  10. 27 février 2019 at 18 h 05 min

    Je te remercie mille fois pour cet article, tu n’as pas idée à quel point je me sens mieux après l’avoir lu.

    Je suis actuellement assez déprimé, parce que je m’apprête à faire ma troisième réorientation universitaire… J’ai commencé par un DUT INFOCOM qui ne m’a absolument pas plu, avant de me rediriger vers une LLCE Anglais-Russe-Italien. Vu que j’étais très bonne en anglais et que j’étais très curieuse des cultures étrangères, je me suis dit que c’était parfait pour moi… mais non. Mon problème, c’est que je n’aime pas l’aspect linguistique (grammaire, phonétique, linguistique etc.) de ces études, mais j’adore l’aspect littérature et SURTOUT l’Histoire. Donc, me voilà qui me redirige en Histoire. J’ai quand même très peur de beaucoup de choses : être plus vieille que ceux de ma classe (je suis la plus jeune de ma famille, et j’ai toujours été habituée à être avec des personnes plus âgées, avec qui je me sens bien mieux qu’avec des plus jeunes), me rendre compte que ce n’est toujours pas ma voie, me perdre et ne jamais me (re)trouver, ne pas trouver la motivation de travailler suffisamment… Trouver sa voie, c’est définitivement l’une des épreuves les plus difficiles de notre vie.

    Je me dis aussi que, même si je suis bonne voir très bonne élève, peut-être que les études, ce n’est pas pour moi… Et ça me fait peur, parce que je ne connais toujours pas mon talent, et je ne peux donc rien en tirer. J’ai essayé le piano, mais ma patience est tellement catastrophique que j’ai abandonné, je pourrais peut-être me débrouiller en dessin, mais je n’ai pas non plus la patience… les seules choses pour lesquelles je pense être douée sont l’écriture et la photographie. Mais même pour l’écriture, j’ai tendance à toujours trop m’embrouiller, et on me reproche donc parfois mon manque de clarté, et pour la photographie je ne sais pas trop… on m’a souvent dit que mes photos étaient très belles, mais je n’ai pas encore assez d’avis pour savoir si je suis vraiment bonne (et je soupçonne aussi les gens de me dire ça par politesse).

    Et puis, le pire je crois, c’est quand on manque de confiance en soi. Je dirais néanmoins que je suis un cas un peu à part, parce que je sais que je peux faire les choses bien voir très bien, mais j’ai toujours la certitude qu’il y en a qui feront bien mieux que moi, et que donc ce que je fais, au final, ça ne vaut rien. J’aimerais avoir ce fil conducteur, cette motivation inébranlable qui me pousse à travailler plusieurs heures par jour pour faire ce que je veux vraiment faire… Mais je ne l’ai pas encore trouvé, et le temps passe. J’aurai vingt ans en août, donc je suis encore jeune, mais j’ai tout de même peur de ne jamais trouver cette voie que je cherche tant.

    Je suivrai tes conseils, et te remercie encore mille fois ! C’est rassurant de voir que l’on est pas seul, et que tout le monde (ou du moins presque tout le monde), emprunte ce chemin de l’incertitude à un moment ou à un autre.

    • 1 mars 2019 at 11 h 45 min

      Coucou Annelyse ! Waouh il est super ton retour, merci ! Je vois une chose hyper importante dans ton message cela dit, et qui peut être un peu une malédiction si tu ne t’en défais pas (mais je te rassure, avoir une telle maturité déjà à 20 ans, je suis verte de jalousie) : tu cherches ton talent, ta voie ultime ! C’est un peu une légende urbaine bâtie par nos sociétés, le mythe de l’artiste ultime qui s’est trouvé dans un talent inné et qui fera ça toute sa vie. Ça fonctionne comme ça pour 0,1% de la population, et puis il y a le reste, comme nous. Donc ne te mets pas la pression de ne pas trouver, et de croire que ça doit même venir durant tes études. Tu as le nez dedans maintenant donc tu crois que ça va diriger le reste de ta vie mais pas du tout. J’ai étudié la communication et le commerce, je me retrouve blogueuse, rédactrice, voyageuse et coach, tu vois le rapport ^^ Aucun, mais j’évolue juste au fur et à mesure de ma vie, et de nouvelles passions, envies, curiosités se révèlent. Certaines pour lesquelles j’ai la patience d’apprendre et d’autres pour lesquelles je lâche très vite, parce que je change d’avis. Et ce n’est pas grave du tout ! Je te conseille vraiment de lire The big magic de Elizabeth Gilbert. Elle aborde le sujet édifiant mais oh combien anxiogène de la « passion », versus la curiosité. Si tu ne trouves pas de passion brulante pour le moment, aucun souci. Commence par ce qui te rend curieuse. Soit à l’écoute de ce qui rélève ton attention, étudie, apprends dessus, creuse, trouve d’autres choses connexes qui vont peut-être aussi te motiver, ou même davantage et lâche ce qui n’a plus lieu d’être. En tout cas, sache que d’avoir ce genre de réflexion à 20 ans… annonce une vie pleine de passions en perspective, pour sûr. Lâche juste la pression de la réponse ultime qui va avec et laisse venir ! :D Après tout, ce qui est fun, c’est quand on le prend comme un jeu ! Poutous

  11. 10 mars 2019 at 11 h 21 min

    Hello,

    Superbe article en effet on se sent moins seule.
    Pour ma part, j’ai 31 ans et j’arrête pas de me chercher le problème est que je me pose beaucoup de question et je ne trouve pas les réponses. Je suis attirée par pleins de choses et au final je ne fais rien, connaissez vous cela?
    Auj je bosse dans le monde des bureaux dans le commerce c’est une sécurité mais loin d’être une passion.
    Je sais que j’étais attirée par le dessin de mode petite et sinon par la célébrité mais c’est bien naz on est d’accord ? Chanteur scene spectacle mais je n’ai jamais rien fait de concret.
    Je ne sais plus quoi faire
    Merci de m’avoir lue
    Chris

    • 17 mars 2019 at 11 h 52 min

      Hello Chris ! Oh oui je vois très bien ce que tu veux dire; Tu devrais lire le livre d’Elizabeth Gilbert, the big magic, elle aborde le sujet de la créativité et de l’envie de trouver son talent, sa voie illico. Suaf que c’est très oppressant et que cela mène souvent… à pas grand chose, tant qu’on n’a pas reçu la lumière divine Sa réponse : commencer par entreprendre qlq chose qui te rend curieux et t’intéresse. Apprendre dessus, sans trop d’ambition si ce n’est celle de se faire plaisir. Tu aimes le dessin de mode ? Prends des cours ! Tu souhaites tester la scène. Prends des cours de théâtre, teste, fais tes idées sur chaque discipline. Petit à petit et pas à pas; tu vas avoir des chemins qui vont se dessiner naturellement par la suite en fonction de tes préférences, tes rencontres et les intérêts que tu ressens ! Fonce !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *