écouter son cœur

DU BONHEUR D’ÉCOUTER SON CŒUR PLUTÔT QUE LES QU’EN-DIRA-T-ON !

“L’enfer, c’est les autres” – Sartre. Bon, il faut s’imaginer que celui qui a dit ça était bigrement intelligent et binoclard. Pas la panacée pour s’intégrer dans un groupe, on est d’accord. Je ne serais donc peut-être pas aussi extrême que notre petit pote, mais il n’avait pas totalement tord, le Sartre… Après avoir décidé de sortir du moule depuis bientôt trois ans maintenant, pour voyager et vivre mes rêves, j’ai appris que l’un des secrets du bonheur, c’est de savoir écouter son cœur et s’affranchir du regard des autres… Un exercice difficile, voire… ABSOLUMENT IMPOSSIBLE !!!

Pourtant, je pense qu’à un moment, si vous voulez vraiment vivre votre vie à vous et faire vos propres choix, il n’y a pas d’autres solutions. Et c’est une hyper-sociable névrosée par le besoin d’être aimée de tout le monde qui vous parle, ça craint… ! Allez, c’est parti pour en mettre plein la tronche à votre voisin, à vos potes, à vos parents, et à tout le monde, aux autres, quoi !

 

Règle n°1 : rester libre de faire ce qu’on aime

Bravo Nastasya pour cette brillante injonction ! On n’y avait pas pensé !

Oui, sauf que quand vous faites le point, combien de fois vous êtes vous empêché de faire quelque chose qui vous tenait à cœur, juste parce que vous avez pensé ? : « oh, mais qu’est-ce que les autres vont penser ?! »… « Et si j’échoue, ça va être la honte vis-à-vis des autres », « et pour qui je vais passer si je quitte mon boulot, si je quitte ma famille, si je ne suis pas présente à l’événement de truc, et si, et si, et si... ».

Ah, vous voyez !? Vous n’êtes pas libre… Je vous rassure, moi non plus !

Je lisais un livre de Frédéric Lenoir l’autre jour, l’Âme du Monde (A LIRE : 4 romans philosophiques pour changer sa vision de la vie), je me permets de reprendre un passage où il cite un conte africain (merci, Fred !).

écouter son cœur

Un conte africain

Un enfant demande à son père le secret du bonheur.

Alors le père demande à son fils de le suivre. Ils sortent de la maison, le père sur leur vieil âne, le fils à pied. Et les gens du village de s’indigner:
– Quel mauvais père qui oblige ainsi son fils à aller à pied !
– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

Le lendemain, le père installe son fils sur l’âne tandis que lui marche à côté. Les gens du village lancent alors :
– Quel fils indigne, qui ne respecte pas son vieux père et le laisse aller à pied !
– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant, ils montent tous les deux sur l’âne. Les villageois de dire :
– Ils n’ont donc aucune cœur pour surcharger ainsi cette pauvre bête.
– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Le jour suivant, ils partent en portant eux-mêmes leurs affaires, l’âne marchant derrière eux. Les gens du village commentent de plus belle :
– Voilà qu’ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C’est le monde à l’envers !
– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.

Arrivés à la maison, le père dit à son fils:
– Tu me demandais le secret du bonheur ? Peu importe ce que tu fais, il y aura toujours quelqu’un pour y trouver à redire. Fais ce que tu aimes ou ce que tu penses juste de faire et tu seras heureux.

 

écouter son cœur

On ne naît pas libre, on le devient…

Combien de gens font ce qu’ils n’aiment pas pour plaire aux autres ? Un boulot qu’ils détestent pour plaire aux parents qui se sont saignés pour payer des études ? Une activité professionnelle qui rapporte, pour atteindre un statut social qui permettra de briller et de faire des envieux ? Une vie sédentaire qui les ennuient parce qu’ils n’osent pas quitter la famille, l’entourage qui a soi-disant besoin d’eux ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et pourquoi malgré cela est-ce si dur de s’affranchir des qu’en-dira-t-on pour enfin écouter son cœur et vivre ses rêves ?

Peur de l’échec ?

De décevoir ?

De ne pas être à la hauteur et de ne pas être aimé, en fin de compte… ?

Peut-être un peu tout ça à la fois…

 

écouter son cœur

Le voyage comme moyen de s’affranchir de la pression sociale

Quand j’ai commencé à voyager en Australie, je dis souvent que mes moments préférés ont été ceux passés au volant de mon van, seule, à conduire pendant des heures sur les routes du bush sans croiser âme qui vive pendant des centaines de kilomètres. Quand j’explique cela, je vois bien que pour beaucoup, cela n’a aucun intérêt. Et pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi libre et aussi heureuse que dans ces moments hors du temps. Pourquoi ?

Parce que, pour la première fois de ma vie, j’ai expérimenté la vie sans le poids du regard des autres. Plus de comptes à rendre, de peurs de ne pas être suffisamment parfaite aux yeux de mon entourage ou de passer pour une égoïste.
Plus de peurs de ne pas réussir une brillante carrière professionnelle pour exister en société, ni de peurs de ne pas être aimée juste pour ce que je suis…

L’important, c’était juste d’avoir un toit pour dormir et assez d’eau et de nourriture pour le lendemain. Et souvent, un peu de compagnie pour papoter autour d’un feu le soir avant d’aller dormir.

 

écouter son cœur

Le voyage comme moyen de retrouver ses rêves profonds

J’ai adoré me libérer du poids du jugement des autres et trouver le courage d’écouter mon cœur, de suivre mes passions et mes propres rêves. C’est probablement l’un des exercices les plus difficiles et sur lequel je travaillerai tout au long de ma vie. D’autant plus que les gens ne se gênent pas pour vous dire régulièrement que ce que vous faites ne leur plaît pas. Comme quoi, les gens doivent savoir mieux que vous ce qui vous rend heureux ou non, c’est bien connu… !

Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux – Injonction du temple de Delphes

Aujourd’hui, j’ai décidé d’écouter mon cœur et de vivre librement. Je ne serai jamais totalement libre, car je dois lutter chaque jour contre mes peurs et mes doutes, qui veulent restreindre mes rêves. Je dois composer chaque jour avec les contraintes environnantes que sont le temps et l’argent.
Mais j’ai décidé d’essayer (j’ai bien dit, essayer) de ne pas me rajouter la pression du jugement des autres, qui voudraient que je rentre dans un moule qui ne me rend pas heureuse. On ne peut pas contenter tout le monde. Autant essayer de se contenter soi, ce sera déjà un bon début.

Cette lutte permanente est probablement le prix de la liberté. Et c’est aussi le prix du bonheur pour ma part, alors mon choix est fait ! Et vous ? A LIRE également : Pourquoi j’ai choisi le voyage comme école de la vie

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

27 comments on “DU BONHEUR D’ÉCOUTER SON CŒUR PLUTÔT QUE LES QU’EN-DIRA-T-ON !

  1. 21 février 2017 at 8 h 40 min

    super article, très original :)

  2. 21 février 2017 at 9 h 22 min

    Ton secret pour publier des posts aussi Biens les uns que les autres ??? Hihi. Merci pour ce partage… Et gros big up à Fred ! Ce bon vieux Fred ! :D . Bientot le départ en Laponie pour moi
    Gros bisous ma belle !!!

    • 23 février 2017 at 17 h 30 min

      Haha mais comme t’es trop choupiiiiiiiiii ! Soulagée de voir que ça te plaît toujours autant ^^ Laponie yahaaaaaaa, ça va tellement être bien. Je veux des photos hein !?

  3. 21 février 2017 at 17 h 06 min

    Vraiment très chouette article ! Qui fait évidemment ressurgir plein de questions, tout en étant positif.

  4. 22 février 2017 at 7 h 57 min

    Merci pour cet article ! :) je suis tiraillée par la peur du jugement de certaines personnes de mon entourage alors que je m’apprête à lancer mon activité. Et cela me freine… grâce à toi, je commence la journée avec la pêche et la détermination de vivre la vie de mes rêves ! :)

  5. 22 février 2017 at 18 h 15 min

    Salut Nastasya,

    Encore un bel article… Je suis d’accord avec toi, la vie est trop courte pour ne pas s’écouter ! On est tous différents donc il ne peut pas y avoir qu’un seul modèle… ;o)

    • 23 février 2017 at 17 h 31 min

      Merci Amélie, ça me touche ce que tu dis. Oui, je suis bien d’accord. On prend parfois conscience un peu tard du temps qui passe. Faites que notre petit cœur continue à parler plus fort que les autres <3

  6. 23 février 2017 at 3 h 15 min

    un test sociologique pour déterminer nos valeurs : http://www.psychomedia.qc.ca/tests/questionnaire-des-valeurs-par-portraits

  7. 23 février 2017 at 6 h 45 min

    Trop fan je vais regarder ca !!

  8. 23 février 2017 at 7 h 45 min

    Je n’arrête pas de lire ton article car il me parle bien et parce qu’on sent vraiment qu’il vient du cœur! Très belle article on ressent une telle émotion et on ressent cette liberté à travers!

  9. 23 février 2017 at 15 h 19 min

    Très bel article je me suis énormément reconnu dans tes propos.
    Ce que je trouve le.plus dur.. C est une fois qu’ on a goûté à la liberté et découvert qui on était vraiment ( souvent quand on est seul, a conduire dans le Bush) c est de continuer à s affranchir du jugement et du regard des autres quand on revient dans la.société, ou petits groupes.
    Faire ce que l on veut quand on est seul c est une chose. Rester soi même et garder sa liberté en communauté c est bp plus compliqué… c’est soi est à ces moments là.que nos démons ressurgissent…
    Je ne sais pas si Je suis claire… Mais je suis en.plein dedans !!

    • 23 février 2017 at 20 h 26 min

      Ouh la la c’est plus que clair !!! C’est toute la difficultee du retour de voyage, avec cette periode où ton nouveau toi doit de nouveau apprendre avec le moule d’avant en face. Tres tres difficile, la patience et bien conserver tes convictions au fond de ton coeur son les seules clés je pense. Courage ma belle !

    • 24 février 2017 at 3 h 02 min

      Ou même en voyage quand tu es a nouveau avec des gens… Et plus tout seul !

  10. 24 février 2017 at 0 h 32 min

    J’ai ressenti la mm chose que toi sur les longues routes d’Australie. C’était la première fois que j’avais une telle sensation de liberté et de lâcher prise, c’était merveilleux.
    Bel article

  11. 24 février 2017 at 8 h 35 min

    Bonjour,

    Bel article, moi aussi je suis d’accord.

    Je suis actuellement toujours en recherche d’emploi (malgré moi) et j’ai aussi toujours en tête mon projet professionnel qui me tient vraiment à cœur de réaliser: vivre et travailler (temporairement) en Norvège. C’est (très) important pour moi (tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel; sans vouloir être égoïste) de réaliser ce projet professionnel qui me tient vraiment à cœur. Ce projet peut paraître “un rêve inaccessible”, “une lubie”; pour moi, ce n’est ni l’un ni l’autre.
    D’ailleurs ce sujet je viens récemment de créer une cagnotte (ne serait-ce que pour l’installation sur place et le temps de trouver un emploi sur place). Voici l’adresse internet de la cagnotte: “https://www.leetchi.com/c/projets-de-camille-15731047#utm_source=mail_service_fr&utm_medium=creation_ok_fr&utm_campaign=mail_service_creation”.
    La logique (“professionnelle”) voudrait que je “décroche” un emploi (pérenne) de secrétaire, par exemple (même si ça ne me plaît pas forcément; j’ai eu un bac pro de secrétariat et de comptabilité pour avoir un bac. Le secrétariat et la comptabilité ne sont pas mes domaines de prédilection).
    Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore.
    Suivre la voie mon cœur (pour moi) signifie réaliser mon professionnel: vivre et travailler (temporairement ou plus longtemps) en Norvège. La voie de on cœur se fait aussi de plus en plus pressante (tout en faisant les démarches pour obtenir un emploi “stable” pour essayer de ne pas décevoir autour de moi). Je suis tiraillée entre deux pôles: ne pas décevoir les personnes qui comptent sur moi pour que j’obtienne un emploi rémunérée (même si celui-ci ne me plaît pas vraiment) et suivre la voie de mon cœur. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire).

    • Ouh la la, si je vois très bien ce que tu veux dire Camille, merci pour ton super commentaire ! Je me suis rendue compte d’une chose depuis ces quelques années que j’essaye de privilégier les choix du coeur plutôt que ceux de la raison : c’est difficile de tout faire ! ^^ Car en voulant tout faire bien, on ne fait rien de bien à 100%, un peu tout à moitié. Car mettre en place un projet et le réaliser prend énormément de temps et d’énergie, qu’il faut économiser au max sur le reste du coup. Je ne peux pas choisir à ta place, mais il me semble difficile parfois de ménager la chèvre et le chou ;) priorise, sans penser aux autres. Priorise en fonction de tes besoins et de tes envies, c’est déjà bien suffisant à gérer sans rajouter le reste sur son dos ;)

  12. 21 mai 2017 at 11 h 16 min

    Wahou !
    Trop happy de t’avoir retrouvée !
    En fait, ça faisait un moment que je ne t’avais pas lue ! Je n’arrivais plus à trouver ton blog ! Et le hasard m’a ramené ici et je suis bien contente !
    Tes articles sont tjrs aussi cools !
    Ce qui est plaisant dans tes articles, c’est qu’on s’y retrouve ! On se dit : “ho mais c’est moi ça” (peur de déplaire, peur de pas y arriver, etc).
    Et du coup, tu donnes tellement d’espoir ! EN tout cas, à moi, lol.
    On se dit que si c’est possible pour toi, ça l’est pour nous aussi ! :-) Parce que tes histoires on les sent vraies, fraîches & naturelles… Comme toi, non ? On t’fait confiance direct quoi.
    Et dans tes réponses aux comm’ on sent l’empathie et ta modestie !
    Merci !
    Et cette fois, je ne perds plus l’adresse de ton blog !

    • Mwouhaha mais comme t’es trop mimi !! Mais comment ça, tu m’avais perdu ? Pas bien, hein ?! haha ^^ Bah trop contente que tu ais retrouvé le chemin et un é-nor-me merci par la même occasion, tu n’as pas idée comme ton commentaire vient à point nommé et me fait plaisir, MER-CIIIIIIIIIIIIIIIII !!! Je suis d’autant plus contente que j’essaye justement au mieux de montrer que ce que je fais n’a rien de fou pour peu qu’on se donne les moyens. A lors si ça fonctionne pour toi, c’est juste trop géniaaaaaaaaaal !!! Merci, vraiment !

  13. 21 mai 2017 at 11 h 18 min

    Au fait, voyager seule en van en Australie, ca l’a fait ? Tu n’appréhendais pas les soucis de pannes and co ? Parce que c’est dans un coin de ma tête ça aussi mais je le dis : holalala mais je n’y connais tellement rien en mécanique !!

    • Haha, si ça peut te rassurer, je n’y connaissais absolument rien non plus. Mais tous les vans ne tombent pas en panne, fort heureusement. Et si ça peut te rassurer encore plus (ou pas), MON van est tombé en panne, à Darwin, heureusement. Et j’ai survécu haha !!! C’est pas cool, ça fait même franchement ch*** Mais il y a toujours des gens pour t’aider en cas de tuile, donc n’ai pas peur d’être seule, sincèrement, tu ne te retrouveras jamais solo en Australie en cas de problème. Du moment que t’es près de la route les gens s’arrêteront et se mettront en quatre pour t’aider. Comme ça m’est arrivé dans le bush et ailleurs ^^ #GIRLPOWER !

  14. 30 décembre 2017 at 18 h 54 min

    Hey hey, il y’a presque 1 an je disais sur ton blog que je rêvais de voyage solo à l’autre bout du monde mais je ne me sentais pas capable de le faire…
    En presque 1an, bcp de choses ont changé (choses que j’ai parfois fait évoluer moi-même, et d’autres, pour lesquelles le changement s’est fait naturellement, à la suite des 1ers changements amorcés, etc etc – j’espère que tu me suis, lol).
    Toujours est il que je suis à 13 jours du décollage pour le Pérou, où je vais me balader environ 2 mois (bon, j’ai pas choisi la meilleure période)…
    Enfin, voilà, j’avance. Et je suis contente (mais aussi un peu flippée… Mon manque de confiance, ma peur de bcp de choses (la solitude, les autres, capacité physique, etc etc)… Mais je prends les choses en main quand même !)
    Voilà ton billet sur le sujet y est sûrement pour quelque chose aussi !! :-) Tu boostes bien les gens, et comme je t’avais déjà dit, c’est de lire tes récits de fille simple nature vraie en qui bcp se reconnaissent qui permettent ça ! MERCI.
    GIRLPOWER ! :-)

    • 24 janvier 2018 at 15 h 10 min

      C’est bon Sophie, tu viens de refaire ma journée !!! A l’heure qu’il est tu dois être en train de prendre le kiffe de ta vie au Pérou. Une grosse grosse pensée pour toi ! Juste merci !!!!!! <3

Leave a Reply