nomade digital à Chiang Mai
,

NOMADE DIGITAL À CHIANG MAI : BILAN MITIGÉ DE 6 MOIS SUR PLACE

J’avais tellement entendu de bien sur le fait d’être nomade digital à Chiang Mai ! Chiang Mai par-ci, Chiang Mai par-là. C’est l’un des spots les plus réputés au monde pour ceux travaillant en ligne, et le hub incontournable en Thaïlande. À force de n’entendre que des retours positifs, on se dit qu’on ne PEUT PAS être déçu par Chiang Mai. Quoi que… Suite à mon séjour de 6 mois au paradis des digital nomads, je suis convaincue que Chiang Mai reste incontestablement un lieu idéal pour se poser et bosser en ligne. Mais personnellement, je n’y ai pas trouvé mon compte. Mon jugement est clairement subjectif, passé au filtre de ce qui m’importe personnellement dans une ville. Mais puisque Chiang Mai attire autant les hordes de nomades digitaux du monde entier chaque année, autant vous partager un retour un peu plus… nuancé. Vous jugerez par vous-même une fois sur place !

 

nomade digital à Chiang Mai

ÊTRE NOMADE DIGITAL À CHIANG MAI : LES AVANTAGES

1. Le coût de la vie n’est pas cher

Car oui, il y en a tout de même un grand nombre, à commencer par celui-ci : la vie à Chiang Mai ne coûte vraiment pas chère ! JE m’en suis d’autant plus rendu compte quand je suis partie 5 jours à Koh Tao entre temps. Et que j’ai découvert que le pad thaï de chez moi à 40 baht se vendait au bas mot 80 là-bas. Que les restaurants occidentaux touristiques pratiquaient des prix prohibitifs pour de la bouffe de piètre qualité. Quand il est si facile de bien manger pour pas cher dans le Nord. Même topo pour les loyers. Bref, c’est incontestable, le Nord de la Thailande, Chiang Mai incluse, reste beaucoup plus abordable que le Sud ! Pour en savoir plus, découvrez le bilan budget du blog Novo-monde ici.

2. Il n’y a que l’embarras du choix des lieux pour travailler

Que vous soyez amateurs de petits cafés cosy où siroter un thé maison en bossant, ou que vous préfériez les grands open-space remplis de gens carburant au café serré, vous trouverez forcément votre bonheur en tant que nomade digital à Chiang Mai. La ville est totalement adaptée aux habitudes et goûts des occidentaux qui viennent y travailler. C’est sûr, ce n’est pas très local. Mais c’est bien pratique pour bosser dans de bonnes conditions !

 

nomade digital à Chiang Mai

3. La communauté des nomades digitaux

C’était l’un des premiers arguments qui m’a fait venir à Chiang Mai : évoluer dans un environnement rempli de gens “comme moi”. Et il n’y a pas à dire, c’est plus que facile de rencontrer d’autres personnes bossant en ligne, des codeurs aux traducteurs, en passant par les spécialistes du drop shipping. Il n’y a qu’à s’inscrire sur les groupes Facebook, participer à un ou deux événements et l’affaire est conclue. Vous revenez avec 10 nouveaux contacts et l’assurance d’avoir des potes pour sortir le reste du temps !

4. Les événements professionnels

Et justement, c’est l’autre aspect top propre à la grande communauté nomade présente à Chiang Mai : les événements pro ! Que ce soit des conférences liées au boulot, sur le SEO, comment mieux écrire, gérer son business en ligne, se lancer dans le Bitcoin ou bien encore savoir comment faire de la pub sur les réseaux sociaux, tout est possible à Chiang Mai ! Et souvent gratuitement ! Alors, c’est l’occasion d’en apprendre un max et de se former sur divers sujets tout en se faisant plaisir !

5. L’offre culturelle et de loisirs

Car même si Chiang Mai reste une petite pitchoune à côté de la gigantesque Bangkok, elle n’en reste pas moins la capitale du Nord. Et le carrefour incontournable de tout ce qui peut se faire dans le coin. Que vous souhaitiez apprendre la salsa, vous essayer au yoga kundalini, voir un spectacle de cabaret, écouter du jazz dans un bar cosy ou danser jusqu’au bout de la nuit (ok, les bars ferment max à 2h du matin), et bien tout est là !!! Sans parler de l’offre dingue en termes de restauration, de cuisine traditionnelle tant que des adresses végétariennes pour les amateurs. Bref, vous ne devriez pas vous ennuyer si vous êtes friands des sorties.

 

nomade digital à Chiang Mai

ÊTRE NOMADE DIGITAL À CHIANG MAI : LES INCONVÉNIENTS

Ok, c’est là où je commence à faire la rabat-joie. Et ceux qui me lisent depuis longtemps savent que ce n’est pourtant pas ma spécialité. Mais parce que ces points sont aussi partagés par beaucoup d’autres nomades que j’ai rencontré là-bas, je pense qu’il est quand même utile d’en parler.

1. Ce n’est pas ma définition d’une ville tranquille

Moi qui avais entendu parler d’une ville où il fait bon vivre, ce n’est pas vraiment l’idée que j’en avais. Ou pas dans mon quartier en tout cas. Chiang Mai, comme la plupart des grandes villes asiatiques, voit ses avenues se remplir de voitures plutôt que de scooters. Ce qui la transforme en ville bruyante, polluée (c’est l’une des villes les plus polluées du pays) et qui dégueule de bouchons à n’importe quelle heure de la journée. Si vous n’avez pas de scooter pour vous faufiler entre les voitures, vous passerez rapidement 45 minutes coincés dans un Red Car pour rejoindre le centre-ville et aller faire un tour au marché de nuit. Le bon côté, c’est que vous allez vous mettre à la marche si ce n’est pas déjà fait. Bref, tout ça pour dire que cela participe à un environnement que je ne qualifierai pas vraiment de bon vivre. Même si certains s’en accommoderont certainement très bien.

2. On ne peut pas vraiment flâner

Personnellement, j’adore m’imprégner d’une ville en marchant. À Londres par exemple, j’adorais prendre le bus et me perdre dans un quartier au choix, au gré de mes découvertes. À Chiang Mai, comme dans pas mal de villes asiatiques encore une fois, on ne marche pas. On se déplace en voiture ou tout au moins, en scooter. Les trottoirs sont quasi inexistants, ou défoncés. On manque de se faire écrabouiller par des conducteurs peu scrupuleux, qui ne savent pas encore gérer l’encombrement de leur nouveau 4×4 rutilant. Les rues n’ont pas vraiment de charme, puisque l’architecture y est relativement récente et chaotique dans son ensemble. Si on part en visite, c’est pour aller voir un endroit précis, un temple par exemple. Mais le concept de flâner ne fonctionne pas vraiment là-bas, une grosse frustration pour ma part…

 

nomade digital à Chiang Mai

3. On est en Thaïlande, oui et non

Un aspect bien agréable qui pèse dans la balance quand on souhaite s’installer à Chiang Mai pour bosser, c’est qu’on y trouve tout le confort à l’Occidentale : variété dans la restauration, bon Internet, produits alimentaires internationaux. Sauf que personnellement, et notamment à Nimman, le quartier dans lequel je vivais et réputé pour être le repère des nomades digitaux, je n’ai pas vraiment ressenti l’ambiance thailandaise comme je l’aime tellement ! Évidemment, je mangeais thaï tous les jours et les bouis-bouis locaux étaient là pour me rappeler que j’y étais. Mais à part ça, le quartier est tellement occidentalisé que je m’y suis un peu perdue… Probablement à tort, car on a vite tendance à se contenter de ce petit cocon rassurant. Mais bon, avis aux amoureux du dépaysement, ce n’est pas forcément là que vous allez le ressentir le plus.

4. Ce n’est pas très accessible et loin de la mer

Ok, je sais, j’avais regardé une carte avant de venir et je savais que je ne serais pas trop dans le coin des îles, haha ! Mais je pensais au moins pouvoir me balader de temps en temps près d’une rivière, quoi. Ou même près d’un lac. Personnellement, la présence d’eau dans une ville m’a toujours apaisé, c’est très personnel. Et à Chiang Mai, il y a bien une rivière, mais elle est assez excentrée, et pas du tout étudiée pour s’y balader. Lorsque vous souhaitez voyager autour, il est quasiment indispensable de prendre une correspondance passant par Bangkok avant d’aller où que ce soit. Les îles du Sud sont difficilement accessibles en moins d’une journée de voyage. Même si le break à Koh Tao pour faire de la plongée valait largement l’effort ! Mais bon, c’est quand même moins pratique que d’avoir l’océan sur place. Oui oui, je sais, j’irai au bord de la mer la prochaine fois !

 

nomade digital à Chiang Mai

5. L’ambiance est assez fatigante en général

Vu que pour ma part, j’étais à fond dans le boulot la journée, je n’avais pas trop de temps pour faire grand-chose en dehors. C’était mon choix, on est bien d’accord. Mais dans ces conditions, je crois que j’aurais vraiment apprécié pouvoir m’oxygéner en fin de journée plus facilement. Et entre le bruit, les grandes avenues, l’absence de parcs, les difficultés à m’échapper dans la nature sans véhicule, je n’avais pas vraiment cette option. Ce qui a vite rendu mon expérience très fatigante. J’ai réalisé que si je m’étais posée dans un petit hameau comme Pai par exemple, j’aurais peut-être mieux trouvé mon équilibre entre travail et pauses, dans un environnement plus tranquille et vert. À Chiang Mai, il faut vraiment trouver de l’énergie le soir venu pour traverser la ville et rejoindre un marché ou un bar. Avis à ceux qui détestent se motiver pour ressortir après le travail le soir… !

6. Difficile de trouver sa place parmi les nomades digitaux

Et ce fut probablement ma plus grande surprise ! Car tout de même, il y en a juste partout ! Mais j’ai finalement été amenée à rencontrer d’autres profils que le mien. Expérience enrichissante bien entendu, mais qui m’a un peu laissé sur ma faim par rapport à ce que je pensais trouver en termes d’affinités. La très grande majorité des gens qui s’expatrient à Chiang Mai n’a finalement que très peu voyagé et ce n’est clairement pas la priorité. Aucun jugement de valeur là-dessus, chacun fait ce qu’il veut. Mais j’ai donc eu beaucoup plus de mal à connecter avec des profils davantage intéressés par le fait de gagner 6 figures (un chiffre d’affaires à 6 chiffres) plutôt que de découvrir la culture locale et visiter les quelques points d’intérêt alentour. Malgré quelques belles rencontres, j’ai donc été assez déçue de mon expérience en général à ce niveau-là. Et n’ai pas vraiment trouvé ma place. Bon, je m’y prendrai mieux le prochain coup j’imagine ^^

Je m’arrête ici, car le but n’est clairement pas de vous dégoûter d’aller visiter cette magnifique destination, qui reste quoi qu’il arrive, une des villes les plus prisées de Thailande par les voyageurs, et il y a de quoi ! Mais avis à ceux qui souhaiteraient vivre l’expérience du nomade digital à Chiang Mai pour quelques mois, vous aurez entendu d’autres sons de cloches maintenant. Hâte de connaître votre avis sur la ville !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

One comment

  1. 24 septembre 2018 at 15 h 58 min

    Je n’ai pas vécu à Chiang Mai mais après deux séjours là bas (bien que nous avons fait une fois un trek, une fois une retraite méditative), je me suis dis que ça serait un endroit où je pourrais poser mes valises quelques semaines dans le cadre d’un long voyage. Après ça reste une ville asiatique avec tous ses inconvénients mais elle est quand même plus agréable que la plupart ( birmanie, cambodge, vietnam, Manille …)
    Merci pour ton retour d’expérience !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *