Être libre de voyager

ÊTRE LIBRE DE VOYAGER EST UN RÊVE QUI N’ATTEND PAS

Ah, être libre de voyager, voilà un rêve qui n’attend pas ! J’ai lu au détour de mes pérégrinations sur Internet une citation qui, parmi tant d’autres, a retenu mon attention. Vous la connaissez certainement, elle fait partie de ces phrases tellement lues et relues que l’on ne réfléchie même plus à leur sens.

A l’adolescence : vous avez tout votre temps, de l’énergie, mais pas d’argent.
A l’âge adulte : vous avez de l’argent, de l’énergie, mais pas de temps.
A la vieillesse : vous avez de l’argent, tout votre temps, mais pas assez d’énergie.
Conclusion : Profitez de chaque instant de votre vie, car vous ne pourrez jamais tout avoir en même temps.

Je n’ai pas trouvé la provenance ou l’origine de ce… proverbe, appelons-le comme ça… C’est du déjà-vu, un peu cul-cul la praline à souhait, je vous l’accorde, mais quelque part, cela fait réfléchir…

Être libre de voyager

 

Mais tu vas voyager comme ça toute ta vie ?

Depuis que j’ai décidé de devenir libre de voyager et de vivre mes rêves, on me pose souvent la question : « Mais… tu vas faire ça toute ta vie ?? ». Je trouve toujours cette question un peu naïve, car c’est un peu comme si on demandait à un athlète de haut niveau s’il va pratiquer son sport de manière intensive toute sa vie. A priori, non…

Je réponds donc invariablement : « Voyager sous format longue durée ? Probablement pas. Mais essayer de vivre mes rêves tout au long de ma vie ? Oui. Sauf que j’ai beaucoup de rêves différents. Et qu’il y a un temps pour chacun ». (Bon, en principe, je réponds de manière beaucoup moins calme, avec un rictus qui veut dire « je te pète la gueule maintenant ou j’attends », mais ça reste entre nous).

Être libre de voyager

 

Il y a un temps pour tout et le temps de la liberté, c’est maintenant !

Il semblerait que la vie soit longue et qu’elle comprenne plusieurs phases. Je n’ai pas encore la trentaine (même si j’y arrive de plus en plus sûrement…!), et du peu de recul que j’ai sur la vie, je n’ai qu’une certitude : je suis dans l’une des meilleures périodes de ma vie… pour être libre de voyager.

Ce n’est pas la meilleure phase de ma vie tout court, non (car je suis convaincue que chaque phase doit certainement proposer quelque chose de merveilleux). Mais à l’heure actuelle, j’ai décidé de capitaliser sur cette formidable occasion que j’ai d’être libre : libre de vivre pour moi, de me challenger, de prendre des risques et de me tromper. Libre d’être égoïste, dirons certains et ils ont sans doute raison. Mais je préfère être égoïste maintenant et bien m’occuper de mes mioches et de mes parents vieillissants après. Pour le moment, j’ai simplement décidé d’entamer le début d’une vie sans regret.

 

Oui, mais… j’attends encore un peu

Assez souvent maintenant, j’échange avec des gens qui ont ce même rêve : être libre de voyager. Ils rassemblent tous les critères requis pour y arriver. Mais à la question fatidique : « pourquoi tu ne te lances pas si tu rêves de voyager, alors ? », ils répondent : “Si, je vais me lancer mais… j’attends encore un peu”. Et je me pense intérieurement : ok, cela risque d’être jamais (je suis dure, je sais !!!).

Je me dis simplement que pour ceux dans le même profil que moi (jeune, beau, riche… oops, je me suis trompée, je voulais dire : jeune, sans enfants et autonome), c’est le moment idéal !

On a maintenant passé l’âge de vivre pour ce que notre entourage attend de nous, ou de se préoccuper davantage de ce que les gens vont penser de nous plutôt que de son propre bonheur (bon, je l’avoue, parfois, c’est encore un peu dur). Mais nous sommes des adultes, merde, on fait ce qu’on veut !
Pour la plupart d’entre nous, pas encore de petites têtes blondes pour nous raisonner et nous dire que nos choix doivent d’abord être faits en fonction de leur sécurité plutôt que de nos envies.
Enfin, nous sommes encore en bonne santé et je l’espère, pour encore quelques décennies. Et pas question de mettre mes rêves entre parenthèse jusqu’à la retraite. On vit plus vieux, certes, mais on ne battit pas le château de ses rêves sur des sables mouvants (roh, c’est beau !).

Donc : il n’y a pas de « j’attends encore un peu » qui tienne ! Et toc !

Être libre de voyager

 

Oui, mais ce n’est pas le bon moment…

Si je reprends mon petit proverbe du début, je rentre dans la case « adulte » (a priori, hein !). Je suis donc censée avoir de l’énergie (yep ! ), pas du tout de temps puisque je travaille à ma brillante carrière professionnelle, et pas beaucoup d’argent, vu que je suis ponctionnée au max par notre bon vieil état providence et que le reste passe en factures de chauffage et en chaussures Jonak (j’avoue…). Cela ne fait donc pas beaucoup d’arguments en ma faveur. Et pourtant…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le jour où j’ai quitté mon poste de cadre en marketing, j’ai bien évidemment eu la trouille de compromettre mon avenir professionnel. Je me suis dit que je devrais peut-être attendre une promotion avant de partir, histoire de pouvoir mettre la ligne sur le CV pour le retour. Puis je me suis dit qu’il faudrait que j’attende au moins deux ans sur le poste pour avoir une expérience suffisamment crédible pour les prochains employeurs. Et puis j’ai compris que deux ans après, le même cas de conscience se présenterai à nouveau et que c’était un cercle sans fin.

Et j’ai dit : basta, c’est maintenant !

 

J’ai essayé de me concentrer sur le fait que la prise de risque qui accompagne mes choix ne concerne que moi et personne d’autre (les conséquences sont donc déjà plus limitées !). Et je me suis convaincue que j’étais suffisamment débrouillarde pour rebondir après (c’est là où il faut saupoudrer ses rêves d’un peu de confiance en soi. Une épice de plus en plus rare, mais qui pimente la vie à merveille !).

Bref, la promotion à venir, le manque d’argent (À LIRE : Comment j’économise (beaucoup) d’argent pour voyager), le mariage de la cousine, il y a toujours mille excuses pour repousser l’instant où l’on se dira : ok, c’est maintenant ! Sachez-le, ce n’est JAMAIS le bon moment. Le bon moment, c’est celui que vous décidez être le bon.

 


A vous de bosser sur vous-même maintenant, les loulous ! Être libre de voyager et de vivre ses rêves est avant tout une question de choix. Mais soyez conscient que le timing peut grandement vous faciliter les choses ! J’ai décidé de ne pas remettre mes rêves de voyage et de liberté à plus tard, car je n’ai aucune garantie de pouvoir refaire cela un jour. En attendant d’être prête pour une prochaine étape de vie… !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être celui-ci  : La phrase magique qui m’a aidé à changer de vie. Et sinon, vous attendez quoi pour me rejoindre ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

21 comments on “ÊTRE LIBRE DE VOYAGER EST UN RÊVE QUI N’ATTEND PAS

  1. 24 mai 2016 at 10 h 54 min

    Encore un très bon article et qui fait réfléchir !
    Je pense exactement pareil que toi, jai cette envie folle de voyage et de profiter de chaque moment précieux tant qu’on est jeune et sans contraintes.
    Jai commence a sauter le pas doucement cette année…mais mon esprit se divise entre le raisonnable et le passionné (reprendre un VRAI job à la rentrée). Tu me motives cela a l’air si simple ! Et en effet pas évident la pression sociale… “Et du coup tu vas faire quoi après ? ” raaah ! On se sent limite coupable de vivre ses rêves !

    • 24 mai 2016 at 21 h 06 min

      Pfou comme je te comprends. Je suis en plein dedans en ce moment même justement, le côté “lâcher-prise” et assumer de répondre aux gens qui posent la question de “et quoi après?”: je ne sais pas. Je ne sais pas et ce n’est pas grave, parce que j’ai confiance en la vie et en moi. Haha, t’inquiète, je présente ça de manière simple mais j’en chie tous les jours à l’appliquer! C’est ce qui nous rend plus fort ! Lance-toi ma belle. Tu auras bien le temps de retrouver un job par la suite!

  2. 24 mai 2016 at 11 h 20 min

    Totalement d’accord avec tout ce que tu as écrit ! Les excuses, plus ou moins bonnes, sont nombreuses, et si on est vraiment motivé(e), il faut simplement se lancer :) On peut faire ça de façon plus ou moins radicale, mais l’essentiel est de se faire plaisir, non ? :)

    • 24 mai 2016 at 21 h 07 min

      Exactement ! Et il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons, juste sa manière à soi :) perso, je me motive en réfléchissant à ce que je vais regretter de ne pas avoir fait quand je serai sur mon lit de mort, la technique horrible… mais ça marche. A chaque fois, ça m’aide à me lancer ;)

  3. 24 mai 2016 at 13 h 31 min

    Excellent article Nastasya :)
    Tu as une super capacite a synthetiser et a formuler une explication coherente a un sujet si complexe mais tant interessant.

    Au dela du manque d’inspiration de certains dans notre societe, il y a effectivement une grande partie de gens qui ont envie de voyager mais qui n’osent pas faire le premier pas (pour toutes les “raisons” que tu as expliquee).
    Nombreux sont ceux qui prennent pour acquis leur sante, leur liberte, leur confort, … et s’arretent a des details futiles.

    Je partage ta resolution de vivre “une vie sans regret”.
    Des fois il y a des opportunites a ne pas manquer et des fois il faut se savoir se creer ses propres opportunites

    • 24 mai 2016 at 21 h 09 min

      Rah, c’est qu’on a pas tous les jours la chance de rencontrer des gens inspirants qui ont fait le tour de l’Australie à vélo ;) merci Clém !

  4. 24 mai 2016 at 13 h 58 min

    Hello Nastasya,
    C’est le premier commentaire que je te laisse mais je suis ton blog assidument depuis que je l’ai découvert!
    Je suis en train de sauter le pas, à savoir tout quitter pour partir en whv en Australie en octobre prochain! J’ai vraiment hâte mais j’appréhende aussi pas mal de quitter mon cdi, mon appart, mes potes… Mais je sais que c’est pour la bonne cause et je me retrouve vraiment dans tout ce que tu dis!
    J’ai une petite question pratique : comment est ce que tu fais au niveau de la banque?
    Merci d’avance et bonne journée!
    Chloé – *future nomade*

    • 24 mai 2016 at 21 h 12 min

      Youhou Chloé, contente que tu sautes le pas :D et pour l’Australie, et pour écrire un premier commentaire sur le blog haha (le début d’une longue liste ;))))
      C’est normal d’avoir peur, ne pas avoir peur dans ce genre de décision serait plutôt bizarre en l’occurrence, haha! J’étais morte de trouille le jour où j’ai embarqué dans mon avion pour Perth. Mais la peur annonce de grands changements, souvent pour le meilleur. Et c’est ce que tu vas vivre. J’aimerais tellement revenir à ces premiers moments de stress du premier grand voyage !!! tu vas t’éclater !!! :D
      Pour la banque: j’avais ouvert un compte chez Westpac en ligne avant d’arriver. Comme ça, je n’avais plus qu’à me présenter dans une banque en arrivant, donner mon passeport pour finaliser l’inscription et la carte bleue arrive très vite. :)

      • 25 mai 2016 at 9 h 23 min

        Merci beaucoup pour ta réponse! Je vais regarder la banque Westpac de plus près! :)

  5. 24 mai 2016 at 16 h 24 min

    Tout à fait d’accord ! Tu résume très bien le principale problème : le non choix!
    Personnellement j’aime bien utiliser le terme “oser”, que je trouve très approprié à cette décision.
    Il y a, c’est vrai, pas de bon moment pour se lancer, et attendre le bon moment, c’est ne pas oser.
    Et que dire de l’éternelle question “que feras-tu après?” Peut importe j’ ai envi de dire, l’important est d’oser vivre ses rêves et se donner les moyens de les réaliser!
    Pour ma part, j’ai osé partir seul faire le tour du monde, et je n’ai absolument pas envie de rentrer, et peut-être, ne rentrerais-je jamais?
    Mais je aujourd’hui je vie un rêve et je n’ai donc aucun regret!
    Ça me donne envie de citer Confucius :“Tout homme a deux vies ; la deuxième commence le jour où il se rend compte qu’il en a qu’une…”

    J’ai écris un article sur le fait d’oser, et de se lancer. Dans mon cas, pour faire un tour du monde, j’en parle dans cet article : http://unvoyagesansnom.com/pourquoi-voyager

    Simon , du blog voyage, “Un Voyage San Nom”

    • 24 mai 2016 at 21 h 14 min

      Merci Simon. Et je confirme, j’adore cette citation de Confucius. Elle m’a un peu fait l’effet d’un électro-choc quand je l’ai découverte ;)

  6. 24 mai 2016 at 19 h 21 min

    contente pour toi que tu ai réussi à franchir le pas, pas évident.
    C’est vrai qu on a toujours la pression sociale mais bravo à toi
    moi à une échelle plus courte je fais de même pour mes voyages , je dis toujours que je le fais qd j ai l occasion car si j attends que toutes les conditions soient réunies je risque de ne jamais rien faire. Les gens disent ah je ferai ca qd je serai à la retraite mais je me dis toujours et si je n’ai pas la santé ni l’argent alors je le fais maintenant comme ça pas de regrets

  7. 24 mai 2016 at 20 h 59 min

    Article au top, comme d’hab j’ai envie de dire ! :)

  8. 25 mai 2016 at 0 h 25 min

    Ca rebooste a chaque fois merci

    • 25 mai 2016 at 12 h 49 min

      Merci!!!!! Et ce genre de commentaire me rebooste aussi ❤️

  9. 1 juin 2016 at 13 h 35 min

    Merci Nastasya ! Qu’il est motivant cet article ! Pour ma part, ca a toujours été clair dans ma tête et j’ai toujours fait passé mon bien-être et mes rêves avant toute chose. Tout comme toi, je suis persuadé que je suis capable de rebondir à n’importe quelle situation. Je me dis même parfois que si je deviens aveugle, et bien que cela ne m’empêchera pas de vivre mes rêves !

    La confiance en soi, c’est un sujet super compliqué. C’est un truc qui se travaille. Beaucoup de personnes ne croient pas en eux et se sentent incapable d’affronter telle ou telle situation. Pourtant, quand elles essayent, généralement, elles se rendent compte que c’est possible, et la confiance peut commencer à s’installer.

    Perso, je n’ai jamais rencontré une personne qui a regretté avoir quitté sa situation pour voyager. PERSONNE et je peux vous dire que j’en rencontre des voyageurs !

    Bref, l’idée n’est pas de tout plaquer du jour au lendemain, un projet, ca se murit.

    • 6 juin 2016 at 15 h 44 min

      Ah Rémi, ton commentaire me fait super plaisir, je suis super fan de tes vidéos !!!! J’adore ton positionnement, “réaliser ses rêves”, je crois qu’on partage un truc là, non ?! ;) Merci beaucoup pour ton retour, positif à mort :D j’espère qu’on aura l’occasion de se croiser, ça serait super !!!

  10. 12 juin 2016 at 0 h 31 min

    Il fait du bien cet article ! Ce genre de vie peut parfois causer de grosses remises en questions et de gros doutes… mais il faut avant tout s’accrocher à ce qu’on aime !
    Je crois que pour ma part, j’ai essayé de trouver un juste milieu entre le boulot sédentaire avec tout ce qui va avec (et ne m’attire pas pour le moment) et la vie nomade: bosser à l’étranger, un an par ci par là. On verra ce que ça donnera !
    Bonne continuation en tout cas :)

    • 13 juin 2016 at 17 h 19 min

      Merci !!! C’est super, il n’y a pas de règle en effet, tout ce qui compte, c’est de trouver son équilibre et ce qui convient à soi :) je te souhaite bonne continuation dans cet équilibre trouvé !! Et plein de happiness ;D

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *