tuk-tuk à angkor
,

VIS MA VIE DE CONDUCTEUR DE TUCK-TUCK À ANGKOR, AVEC TCHOU

J’ai eu la chance de rencontrer Tchou lors de mon périple au Cambodge avec mes parents. Il a été notre conducteur attitré quatre jours durant et nous a traîné à peu près partout dans les temples d’Angkor et le long du Tonlé Sap, le plus grand lac du Cambodge. On a donc eu la chance de sympathiser un peu plus avec lui durant ces quelques jours passés ensemble. Un petit gars adorable !

tuk-tuk à angkor

Comme tous les gars de son âge, Tchou arbore le parfait attirail du jeune branché : casquette, chemise large et jean tendance. Sans oublier l’ongle long au petit doigt. J’ai d’abord cru que c’était une simple mode, mais il semblerait que cela prouve que la personne en question ne travaille pas dans les champs et possède une meilleure condition sociale. Rang social, quand tu nous tiens !

À vrai dire, on ne l’a appris qu’en cours, mais Tchou est fraîchement passé conducteur de tuk-tuk. Je crois même qu’on faisait partie de ses premiers clients. Tout fier du haut de son mètre soixante et de ses 27 printemps, il nous a montré les meilleurs chemins pour parcourir les temples d’Angkor. Malgré un anglais approximatif, on a quand même bien pu échanger.

Avant, il était serveur, un boulot difficile et mal payé au Cambodge. Passer conducteur de tuk-tuk, c’est une nouvelle vie qui s’annonce ! L’avantage de travailler pour soi, déjà (et la famille accessoirement). Et c’est une vraie promotion en terme de confort. Les conducteurs de tuk-tuk pour touristes passe une grande partie de leur journée sous les arbres qui bordent les temples d’Angkor, à roupiller dans le hamac suspendu à l’arrière ou à papoter avec les collègues en attendant ses clients. La grande classe ! Pour peu que le pourboire à la fin de la journée soit bon, leur pouvoir d’achat ne doit pas être trop mal, du moins, je l’espère.

tuk-tuk à angkor

On a bien rigolé quand on a vu sa tête surprise le premier jour, alors qu’on l’invitait à manger avec nous le midi. Personne ne l’avait jamais invité, avant… On a fait une bonne boulette d’Européen au passage, on ne s’en est rendu compte qu’après. On a commandé un plat chacun, alors que lui a commandé un plat pour partager entre tous. Et oui, ils mangent plein de petits plats à partager, en Asie. On avait zappé… Du coup, il a dû nous prendre pour des gros rustres à ne pas partager notre repas, la honte…

Cela ne l’a pas empêché d’être toujours au petit soin avec nous : boissons fraîches dans la glacière à l’arrière de la pétrolette, ananas épluché en fin de journée. Un vrai pro ! Même quand il nous a paumé pour se rendre au Tonlé Sap et qu’on a parcouru la campagne cambodgienne pendant plusieurs heures (pour notre plus grand plaisir, pour le coup !), il n’a pas perdu son sang-froid !

tuk-tuk à angkor

Grâce à lui, j’ai découvert quelque chose que je n’oublierai jamais : les graines de lotus à manger. Mais les fraîches, pas les séchées. Lors d’une balade dans un champs de lotus, il a acheté une fleur pour nous faire goûter. Un goût de cacahuète avec une texture tendre. Une tuerie !

Quand il nous ramenait le soir, j’étais toujours curieuse de savoir où il repartait, où il habitait et avec qui. Je ne le saurais jamais… Parfois, je pense à lui en me demandant s’il arpente toujours les temples d’Angkor au volant de son bolide métallique. J’espère que oui et j’espère surtout que les gens qu’il promène sont sympas avec lui. Et qu’ils l’invitent au resto de temps en temps. Il le mérite !

Si tu as aimé cet article, tu aimeras aussi : Comment visiter les temples d’Angkor sans monde : le grand circuit !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

4 comments on “VIS MA VIE DE CONDUCTEUR DE TUCK-TUCK À ANGKOR, AVEC TCHOU

  1. 11 mars 2016 at 13 h 53 min

    Je reconnais bien ici l’hospitalité des asiatiques (et la vôtre aussi d’ailleurs!). C’est le genre d’article que j’aime beaucoup: les expériences! Merci pour ta petite touche d’humour dans chacun de tes articles :)

    • 28 mars 2016 at 13 h 35 min

      Merci Amandine, ton retour est super adorable !! :D Je ne sais pas si les portraits plaisent à beaucoup de gens, mais pour ma part, les rencontres restent les moments forts de mes voyages alors cela fait tellement plaisir de pouvoir présenter ces belles rencontres. Un grand merci à toi ! ps: love your blog !!! <3 ;)

  2. 27 décembre 2017 at 16 h 15 min

    merci pour ces supers tuyaux !! que je vais suivre pour éviter les troupeaux
    j’aimerais beaucoup retrouver votre conducteur Tchou qui a l’air vraiment super. je vais rester sur le site d’Angkor 8 jours à la recherche des bonnes lumières. Peu être avait vous un contact ou je pourrais le retrouver. Merci pour toutes ces impressions et ces bons conseils
    cordialement
    Hector

    • 24 janvier 2018 at 15 h 02 min

      Bonjour Hector ! Ah c’est super gentil merci ! Rah la la il faudrait que je retrouve la maison d’hôtes chez qui on est resté, c’est eux qui nous l’ont recommandé ! Je vais faire au mieux mais aïe, je suis nulle pour me rappeler des adresses. Je vous tiens au courant ! ET profitez bien d’Angkor, c’est somptueux !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge