financer une vie de voyages

Comment se financer une vie de voyages et de rêves

Avant même de commencer à lire cet article expliquant comment se financer une vie de voyages, laissez-moi vous prévenir ! J’en vois déjà certains qui vont commenter à la fin de l’article pour me dire : « Ouais, mais c’est pas une vie ce que tu fais, se priver autant, franchement, c’est nul, je préfère encore voyager moins ». No soucy, je comprends. Je ne dis pas que j’ai raison, ni que mes techniques sont mieux que les autres. Le message que je veux faire passer, c’est que pour s’offrir une vie de voyages, il n’y a pas beaucoup d’autres solutions que d’en faire votre priorité number 1 (à moins de gagner au loto, cela va de soi). Et une priorité absolue veut dire que d’autres choses… vont passer à la trappe !

S’offrir une vie de voyages, ce n’est pas tous les jours le monde des Bisounours. Et surtout quand on se parle d’argent, croyez-moi ! Mais bon, je présume que si vous lisez ces lignes en ce moment même, c’est que vous avez déjà votre petite idée sur la question, héhé ! Alors voici les techniques que j’utilise pour me financer une vie de voyages depuis bientôt trois ans maintenant !

financer une vie de voyages

 

1. Mettre un max de sous de côté avant de partir !

Je sais, cela peut paraître évident et pourtant, combien galèrent déjà à cette étape ! Car, dans votre course au moindre penny pour financer vos futurs voyages, votre pire ennemi, c’est vous (le teasing est à son comble !). Avant de partir faire le tour de l’Australie en van, j’ai mis 6 000 € de côté en six mois. Des économies astronomiques, donc ! Ce qui me permettaient de partir à l’autre bout de la planète le cœur léger, ce qui n’a pas de prix.

 

Comment j’ai fait pour mettre autant d’argent de côté en si peu de temps ? Retenez bien ceci : JE-LIMITE-MES-DÉPENSES.

 

La technique pour optimiser ses économies au maximum, ce n’est pas de se dire « je vais économiser 300 € par mois pendant un an ». En principe, cela ne fonctionne pas dès le second mois. Soit on a une tuile avec la voiture, soit la séance shopping du samedi avec les copines est partie en live… Par contre, il est beaucoup plus efficace de faire le point sur ses dépenses obligatoires (et quand je dis obligatoire, je ne considère QUE les dépenses vitales ou légales, comme manger ou payer ses impôts). Une fois ce tableau dressé, l’excédent qu’il reste sur votre salaire représente vos économies ! Et pour le coup, cela peut aller très vite si vous êtes sur-motivé !

On est d’accord, cela représente des mois de vache-maigre. Ça ne va vraiment, mais VRAIMENT pas être drôle. Et vous allez passer pour le radin de service auprès de vos potes. Mais bon, pour le moment, on n’a rien sans rien.
Pour en savoir plus, je vous conseille de lire : Comment j’économise beaucoup d’argent pour voyager.

 

2. Faire des petits boulots en voyageant

Forcément, il va arriver un moment où vos économies ne vont plus suffire; Si vous décidez d’enchaîner les voyages à tire-larigot, il va bien falloir compléter à un moment ou à un autre.

Pour ma part, j’ai souvent mixé voyage et petits boulots. Je me déplace pendant un temps. Et quand les caisses se vident, je me pose quelque part et je refais le plein. Selon les destinations et les visas (notamment grâce au Working Holiday Visa), il est tout à fait possible de travailler dans beaucoup de destinations. Je pense notamment à l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Brésil ou bien encore l’Argentine (consulter les destinations WHV sur PVTistes.net).

 

Les possibilités de jobs sont assez illimitées selon vos compétences.

 

Personnellement, j’ai souvent fait serveuse, car je fais ça l’été depuis que j’ai 18 ans. Mon expérience me permet de trouver des petits boulots très rapidement en restauration, parfois même dans la journée. Et les pourboires sont toujours motivants ! Mais il y a également plein d’opportunités à saisir dans d’autres petits boulots. Par exemple, baby-sitter, femme de ménage, commis de cuisine, plongeur, charpentier, jardinier… Ou bien encore bricoleur pour femmes au foyer en détresse (si vous savez planter un clou, vous êtes sauvé), garagiste de coin de rue pour backpackers en panne (apprenez à faire les vidanges, vous allez devenir riche), coiffeur de rue, créateur de bijoux ou d’autre types d’artisanats à vendre sur les marchés, réceptionniste d’auberge de jeunesse, barman sur les bateaux de luxe, cueilleur de fruits et légumes, laveur de voiture… Bref, vous avez compris, les possibilités sont-sans-fin !

 

3. Gagner de l’argent grâce à une activité en ligne

Ça, c’est un peu le « must », car cela permet de gagner sa vie tout en étant libre géographiquement. Au mieux, il vous faudra un ordinateur, une connexion Internet et le tour est joué (et quelques clients idéalement) ! ;)

Il y a deux manière de gagner sa vie en ligne et de financer ses voyages par ce biais :

BLOGUEUR

Dont blogueur de voyage, bien sûr, mais pas que. Rien ne vous empêche de bloguer sur les coccinelles de Madagascar et de voyager à côté, du moment que cela vous rapporte des sous !
C’est probablement le moyen le plus adapté pour gagner sa vie tout en voyageant… et probablement le plus difficile.
Autant le dire tout de suite, c’est très à la mode de devenir « blogueur de voyage », mais restez lucides, une infime partie gagne vraiment sa vie avec un blog aujourd’hui. Il est probablement plus raisonnable de percevoir son blog comme une source de revenu complémentaire pour les jeunes pousses, plutôt que comme une source de revenu principale.

Les techniques pour monétiser un blog sont nombreuses : la pub, l’affiliation, les articles sponsorisés, la vente de produits en ligne ou bien encore les partenariats. Mais toutes ces solutions ne rapportent pas grand chose si vous n’avez pas de… TRAFIC ! Et obtenir du trafic sur son blog, c’est long !

Me concernant, je n’ai encore rien engagé concernant la monétisation de mon blog. Je pourrais certainement commencer à gagner quelques euros avec (sans parler de devenir Crésus, non plus !). Mais je réfléchis encore à ce que je pourrais faire, et surtout à ce qui resterai en accord avec mes valeurs et ma liberté (pas question de parler d’un produit dans lequel je ne crois pas pour me faire 50 balles, c’est dit !).
Le blogging est donc plutôt pour les gros bosseurs qui aiment avant tout partager leur passion. Jusqu’au jour où ils auront enfin mérité de passer dans la cour des grands.

 

FREELANCE

C’est, pour le coup, une technique qui peut s’avérer beaucoup plus rapide pour financer ses voyages, pour peu qu’on y passe du temps et de l’énergie au départ.
Les possibilités de business sont assez larges, surtout si vous avez une compétences à vendre (et rassurez-vous, nous avons TOUS une compétence vendable, héhé). La plupart des « technomades » que je côtoie sont spécialisés dans la rédaction web, la vente de leurs photos, la création de site Internet, le webdesign ou bien encore la vidéo.

Il faut pouvoir se construire un carnet d’adresses avec des clients fidèles, qui permettront d’obtenir une rentrée d’argent régulière. Je viens tout juste de commencer mon activité de freelance dans la rédaction web pour les professionnels du tourisme. J’ai décroché mon premier contrat il y a peu, ce qui va me permettre de financer une partie de mon prochain voyage. Mais le travail de démarchage continue encore !

financer une vie de voyages

 

5. Voyager moins cher

On est bien d’accord, avec des moyens limités, je ne vais pas pouvoir m’offrir une suite royale dans je ne sais quel palace de l’île Maurice. Mais cela tombe bien, parce que ce n’est pas mon truc ! Si vous voulez que le plaisir dur, mieux vaut être prêt à rogner sur quelques éléments pour rallonger le temps de voyage au maximum.

CHOISIR LES BONNES DESTINATIONS

Il est beaucoup plus simple d’étirer son budget en privilégiant des destinations plus abordables. L’Asie, avec des pays comme le Cambodge, le Laos ou l’Inde, propose des destinations touristiques parmi les plus compétitives au monde. Idem pour certains pays d’Amérique du Sud comme la Bolivie, le Nicaragua ou le Paraguay, Madagascar ou le Togo en Afrique, ou bien encore les Balkans en Europe.

Le site nomadlist.com est une pépite pour vous aider ! Ce site donne le coût de vie mensuel dans n’importe quelles régions du monde. Vous rentrez vos critères et hop ! Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, les destinations les moins chères ne sont pas forcément les moins sécuritaires !

VOYAGER SANS AGENCE

Bon sens oblige, il sera toujours moins cher de voyager en indépendant plutôt que de passer par une agence. Et quand vous souhaitez que le voyage devienne votre mode de vie, la question ne se pose même pas ! Donc là, c’est votre débrouillardise qu’il va falloir développer !

Il existe par mal de moyen de limiter les frais d’hébergement en recourant au Woofing, au Helpx ou au HouseSitting. Vous travaillez quelques heures par jour pour une famille sur des activités variées, en échange du gîte et du couvert gratuit. Le Courchsurfing permet de dormir chez un habitant qui vous accueille gratuitement. J’en ai déjà fait, cela permet de passer des bons moments avec des locaux, en plus !

Limitez au maximum les frais de transports. Utilisez les transports en commun plutôt que le taxi, ou les bus de nuit plutôt que l’avion. Je n’ai fait que ça en Asie et même si certaines expériences sont assez mémorables, cela s’est toujours bien passé ! Sans oublier que vos pieds seront vos meilleurs amis dans les grandes villes ! Manger dans la rue reste également un must pour les papilles et pour le budget, et ce dans à peu près toutes les destinations du monde !

Autant de postes budgétaires qui, étant rognés par-ci par-là, vous permettront de voyager deux mois durant plutôt que deux semaines. Et le prix d’un billet d’avion reste le même, quelque soit la durée, autant rentabiliser le déplacement, hein ?! ^^

financer une vie de voyages

 

6. Calculer ce dont on a réellement besoin

Quand on commence à vouloir vivre une vie faite de voyage, on a parfois l’impression que l’on ne va jamais avoir assez d’argent, surtout quand on n’en gagne pas régulièrement au début. Je vous le dis tout de suite : ON N’A JAMAIS ASSEZ D’ARGENT ! On passe son temps à courir après, plutôt que de se réserver un billet pour partir dans sa destination de rêve le mois prochain. L’excuse ultime, c’est toujours : « J’attends encore un peu, car je n’ai pas assez d’argent ».

Il y a peu de temps, j’ai donc fait l’exercice à l’envers et j’ai eu une illumination. Plutôt que de me dire :

« Ok, il faudrait que je gagne 2 000€ par mois au moins pour m’offrir la vie que je veux. Ce mois-ci, j’ai gagné 0 et je suis grave dans la merde » (air dépité, corde au cou, c’est la fin), je me suis dit :

« Ok, de combien d’argent ai-je besoin par mois pour me financer cette vie de voyage ? » (j’enlève la corde et je prends ma calculatrice, y’a déjà un mieux, n’est-ce pas ?!).

 

J’ai fait le point sur mes dépenses annuelles obligatoires.

 

Elles sont bien réduites de mon côté, puisque je n’ai plus de chez moi en France ! J’ai établie un budget moyen de ce dont j’avais besoin chaque année pour m’offrir deux à trois gros voyages au top ! J’ai fait le total de ces deux sommes. En calculant la moyenne par mois (on divise par 12 donc, vous suivez, bravo), cela a donné : une moyenne autour des 1 000 € par mois. Ce n’est pas rien, mais avec ça, je peux me financer une vie de voyages. Mine de rien, c’est déjà beaucoup plus facile de se projeter quand on sait que 1 000 € fera l’affaire ce mois-ci, plutôt que de baliser parce qu’on n’a pas « fait plus », juste plus.

De toute manière, les voyageurs sont rarement des gens richissimes, mieux vaut accepter l’idée d’entrée, ça évitera quelques frustrations, haha !! Mais bon, c’est bien connu : Voyager est la seule chose qu’on achète et qui rend plus riche. Alors à vos économies et offrez-vous la vie de vos rêves !!!!

J’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez pas me dire ce que vous en pensez dans les commentaires et à partager vos astuces à vous !

INSCRIS-TOI ET RÉALISE AUSSI TES RÊVES DE VOYAGE !


About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge