finance une vie de voyages

COMMENT JE ME FINANCE UNE VIE DE VOYAGE DEPUIS 4 ANS

Avant même de commencer à lire cet article expliquant comment je me finance une vie de voyages, laissez-moi vous prévenir ! J’en vois déjà certains qui vont commenter à la fin de l’article pour me dire : « Ouais, mais c’est pas une vie ce que tu fais, se priver autant, franchement, c’est nul, je préfère encore voyager moins ». No soucy, je comprends. Je ne dis pas que j’ai raison, ni que mes techniques sont mieux que les autres. Le message que je veux faire passer, c’est que pour s’offrir une vie de voyages, il n’y a pas beaucoup d’autres solutions que d’en faire votre priorité numéro 1 (à moins de gagner au loto, cela va de soi). S’offrir une vie de voyages, ce n’est pas tous les jours le monde des Bisounours. Et surtout quand on se parle d’argent, croyez-moi ! Mais bon, je présume que si vous lisez ces lignes en ce moment même, c’est que vous avez déjà votre petite idée sur la question, héhé ! Alors voici les techniques et les étapes par lesquelles je suis passée, et qui font que je me finance une vie de voyages depuis bientôt 4 ans maintenant !

 

finance une vie de voyages

Année 1 : j’ai économisé beaucoup d’argent et j’ai quitté ma vie d’avant pour voyager en Australie

Mon tout premier rêve de voyage que j’ai réalisé, c’était mon road trip d’un an autour de l’Australie. Un an à voyager dans le bush australien, à enchaîner les parcs nationaux majestueux, à rencontrer des centaines de voyageurs comme moi, à partager des moments de vie inoubliables et à mieux comprendre qui j’étais vraiment et ce qui me faisait battre le cœur dans la vie. Lorsque j’ai décidé de réaliser ce rêve, j’étais encore prise dans le schéma classique du métro-boulot-dodo. Je travaillais au sein du service marketing d’une entreprise de jouets. Je bossais environ quarante heures par semaine et gagnais environ 1 600 € net par mois. Ce schéma ne me permettait en aucun cas de voyager pendant un an en Australie (avec cinq semaines de vacances, le compte est vite fait !). Je n’avais pas assez d’ancienneté pour demander un congé sabbatique. Et j’avais absolument toutes les charges classiques et du quotidien à payer.
Donc bon, sachant que je ne suis pas du genre à passer par quatre chemins quand j’ai un rêve en tête, je n’ai pas vu beaucoup d’autres solutions que d’assurer mes arrières financièrement et de me libérer de mes « contraintes » professionnelles pour réaliser ce premier rêve.

1. Je me suis serrée la ceinture pour bâtir mon budget

Et ce, pendant six mois d’affilée afin de mettre suffisamment d’argent de côté. J’ai économisé 6 000 € en six mois afin de partir dans un état d’esprit serein et de ne pas avoir à m’inquiéter de mon budget durant les premiers mois de voyage (A LIRE : Comment j’économise (beaucoup) d’argent pour voyager).

 

TÉLÉCHARGE MA CHECKLIST EXCLUSIVE POUR SAVOIR COMMENT J’AI RÉUSSI A ÉCONOMISER (BEAUCOUP) D’ARGENT !

 

2. J’ai démissionné pour devenir libre

Car je n’avais pas vraiment d’autres choix si je voulais pouvoir me libérer une année de voyage pour moi. Je me suis fait confiance en me disant que tout ce que je quittais, c’était triste, mais que je pourrais certainement retrouver un boulot au retour. On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on gagne. Après tout, ce sera peut-être encore mieux au retour !

3. J’ai quitté mon appartement pour n’avoir aucun frais

Juste avant de partir, j’ai déménagé toutes mes affaires dans ma chambre d’ado chez mes parents (pour le coup, merci les parents !). Je voulais absolument éviter de conserver quoi que ce soit qui me coûte de l’argent en France. J’ai donc stoppé tous mes frais comme le loyer, les assurances et mutuelles (à part mon assurance voyage bien entendu), etc. J’ai des gens qui m’ont déjà écrit en disant qu’ils ne pouvaient pas partir, car ils ne peuvent pas gérer financièrement le coût du voyage et les charges en France. J’ai juste envie de dire : « euh, oui, forcément loulou». Idéalement, les seules dépenses qui doivent rester, ce sont celles du voyage à venir, car elles sont déjà suffisamment importantes. D’où le fait de « tout quitter ». On quitte la famille et les amis, soit, mais on quitte aussi les factures. Dit comme ça, c’est plutôt cool, non ?

4. Je n’ai rien lâché !

Toujours est-il que cette première étape est assez difficile à gérer financièrement, car malheureusement, il faut continuer d’assumer les charges de la vie quotidienne tout en mettant suffisamment d’argent de côté pour la suite. Inutile de dire que ceux qui sont le plus attachés à leur confort n’iront pas loin dans cette première étape (et ce n’est pas une critique, chacun ses priorités). Disons que c’est un premier bon test à votre motivation, prenons le comme ça ! Et dernière précision : sachez que ce genre de période de vache maigre que vous allez traverser risque de devenir votre lot quotidien si vous souhaitez continuer à voyager par la suite. Donc bon, mieux vaut vous habituer rapidement à vivre de peu. On n’a rien sans rien, pour le moment, je n’ai pas trouvé d’autres solutions miracle, haha !

 

Année 2 et 3 : j’ai fait des petits jobs alimentaires durant mes voyages

Une fois mon année de voyage en Australie passée, je suis revenue avec la plus belle maladie qui soit : le virus du voyage ! La question s’est posée de retrouver un job en marketing. Mais je savais que je voulais repartir rapidement. Et rien que le temps d’envoyer des CV, de passer un nombre incalculable d’entretiens, d’être embauchée et de donner ma démission avec trois mois de préavis le lendemain, c’était un peu débile. Je voulais que voyager devienne mon quotidien ! Et non me morfondre plusieurs mois de l’année en rongeant mon frein et en attendant le moment de la délivrance où je pourrais à nouveau m’envoler ! Et dans ces cas-là, je n’ai trouvé qu’une autre option.

J’ai privilégié les petits boulots alimentaires

Pendant deux ans, j’ai privilégié cette option plus rapide pour gagner du temps et mêler l’utile à l’agréable. Les petits boulots me laissent flexibles dans la gestion de mon temps. Je trouvais parfois un boulot de serveuse en 24 heures en moyenne (haha, je me la pète grave). Si je décide de partir deux semaines après, je n’ai pas de compte à rendre, c’est beaucoup beaucoup beaucoup plus simple. J’ai donc pu voyager pendant un an en Australie grâce à ce système. Je me posais pour environ 2-3 mois quelque part, trouvais un job en quelques jours, mettait un maximum d’argent de côté et hop, une fois le compte en banque refait, on repart !
Idem à Londres durant ma deuxième année de voyage. J’avais toujours rêvé de vivre dans cette ville. J’y ai donc emménagé et fais un petit boulot de serveuse. Cela m’a permet de vivre dans ma ville de cœur. Et cerise sur le gâteau, j’ai même réussi à mettre de l’argent de côté pour financer mes prochains voyages aux États-Unis et en Europe (A LIRE : Comment j’ai pu économiser Londres en étant serveuse). Autant dire que la vie est belle, quoi !

 

 

1. L’avantage des petits boulots en voyage…

Je vous parle du job de serveuse, parce que c’est ce que j’ai fait en grande majorité, que j’ai de l’expérience là-dedans et que, pour le coup, c’est un petit job qui me plaît bien car j’aime le contact avec les clients… et les pourboires ! Mais il y a une possibilité infinie de petits jobs qui demandent peu de qualifications. Je pense en vrac à la cueillette des fruits et légumes, vendre son artisanat, travailler dans l’hôtellerie, faire du woofing ou du HelpX (pour le coup, ce n’est pas payé, mais cela peut permettre de vivre à moindres frais à l’étranger), enseigner ce que vous savez faire n’importe où (le yoga, un instrument, une langue, une compétence, du soutien scolaire), etc. Bref, les possibilités sont infinies ! Et ultra facile à mettre en place quand on voyage.

2. et les inconvénients.

Forcément, en lisant cela, beaucoup d’entre vous doivent se dire : « oui, les petits boulots, ok, c’est bien, mais bon, je n’ai pas forcément envie de devenir réceptionniste pour le restant de mes jours. J’ai passé l’âge d’être fille au pair et quand même, ça paye super mal, ce n’est pas une vie, non, nia nia nia, relou« .

Je vous entends ! Moi non plus, je n’avais pas forcément envie d’alterner petits boulots et voyages toute ma vie. Mais cela m’a tout de même permis de me mettre le pied à l’étrier pour partir voyager et vivre une vie de voyages pendant presque trois ans, avec un tour de l’Australie en van au compteur, un tour de 2 mois d’Asie du Sud-Est, 8 mois de vie palpitante à Londres et un road trip en Europe et aux Etats-Unis. Plutôt pas mail, hein ?

Après deux ans de petits boulots alimentaires, j’en ai tout de même eu un peu marre, car je ne voulais pas être tributaire de ce rythme toute ma vie. Et c’est pourquoi j’ai décidé de changer de cap en année 3.

 

finance une vie de voyages

Année 4 : j’ai décidé de devenir freelance pour gagner ma vie en voyageant

Et tadaaaaaam, voilà le Saint Graal : la vie de nomade digital. Alors, pour ceux qui n’auraient aucune idée de ce dont je suis en train de parler, voici une petite définition rapide et maison. Un nomade digital est une personne qui utilise Internet et les nouvelles technologies pour gagner sa vie. On peut donc gérer une activité professionnelle tout en étant géographiquement flexible. En d’autres termes, c’est la LI-BER-TÉ !!!!!!!!!! L’article de Corinne du blog Vie Nomade, Les activités professionnelles d’un nomade digital vous en dira plus sur les possibilités.
Pour moi qui rêvais d’une vie d’aventure et de liberté, ce que permet ce style de vie professionnelle résonnait chez moi comme un soulagement : oui, c’est possible de travailler en voyageant, et surtout de trouver un équilibre entre une vie professionnelle épanouissante et sa passion de voyager.

1. J’ai d’abord tenté de devenir blogueuse de voyage

J’avais un peu découvert le métier de blogueur de voyage au cours de mes pérégrinations sur Internet. Je tenais un blog perso durant mon voyage en Australie, mais je ne savais même pas que l’on pouvait gagner sa vie avec ça ! Du coup, quand j’ai vu que c’était possible, je me suis lancée. J’étais vraiment heureuse d’enfin pouvoir partager mon vécu et certains messages avec ceux qui voudraient bien me lire. Mais après quelques mois de travail acharné pour bâtir un blog professionnel et pour construire une communauté sur les réseaux sociaux, j’ai finalement réalisé que ce métier n’était pas du coup en accord avec ma manière de voyager (et oui, comme quoi) ! Heureusement, je travaillais encore comme serveuse à côté quand je m’en suis rendu compte. Je pouvais donc vivre grâce à cela. Et prendre le temps de repartir à zéro et revoir ma copie.

2. Puis j’ai décidé de devenir freelance

Au bout de 3 ans à enchaîner les petits boulots et le système D sans jamais trop savoir où j’allais, j’en ai vraiment eu marre. J’ai démarré 2017 en me disant : ce sera l’année où je retrouverai une indépendance financière dans un métier qui me plaît ! J’ai donc décidé de me retrousser les manches et de tenter ma chance dans la rédaction web ! (A LIRE : Comment devenir freelance pour être plus libre de voyager). Je n’aurais jamais pensé pouvoir faire ça auparavant. Je ne me sentais absolument pas légitime. Et puis à force d’avoir des retours positifs de lecteurs ou même d’inconnus sur mon style d’écriture, j’ai fini par me dire « et pourquoi pas ».
Je me suis formée en ligne pour apprendre à démarcher et à me vendre auprès des professionnels du tourisme en ligne. Et j’ai décroché mon premier contrat deux mois après avoir commencé le démarchage. Et depuis, cela n’a pas arrêté. En attendant, et pour limiter mes dépenses, j’ai vécu chez mes parents pour prendre le temps de me lancer. Ce qui m’a permis de mettre assez d’argent de côté pour pouvoir repartir vivre à l’étranger, et cette fois, ne plus avoir à revenir ou à me poser à un endroit en particulier pour renflouer les caisses. La LI-BER-TE QUOI !

Voilà comment je peux dire que cela fait maintenant bientôt 4 ans que je me finance une vie de voyages. Dis comme ça, cela peut sembler impossible pour la plupart d’entre vous. Ou inenvisageable. J’aurais pensé la même chose il y a plus de 4 ans quand j’étais encore à travailler en bureau en marketing et que j’avais une vie salariale bien rangée. Quoi ? Je vais partir vivre en Thaïlande dans 4 ans ? Non mais n’importe quoi !!!! Et bien pourtant, si !

Et je reste convaincue que si j’ai pu le faire, vous aussi ! Alors qu’attendez-vous ??? Tu as aimé cet article ? Tu aimeras certainement : Comment changer ton rapport à l’argent pour réaliser ses rêves !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

36 comments on “COMMENT JE ME FINANCE UNE VIE DE VOYAGE DEPUIS 4 ANS

  1. 25 juillet 2017 at 12 h 12 min

    Merci ! On va finir par se lancer un jour…

  2. 25 juillet 2017 at 16 h 04 min

    Il n y a pas de secret il faut travailler ! Le bon plan ,la restauration ! En Alsace nous sommes en pénurie de serveur de cuisinier de plongeur !

    • 26 juillet 2017 at 11 h 10 min

      Bah carrément, c’est ce que je dis tout le temps, y’a pas vraiment de miracle :D oui, je confirme, vous pouvez aller faire la saison de Noël chez eux !!!!! <3

  3. 25 juillet 2017 at 18 h 23 min

    Hello! Une petite question: comment as tu fais pour économiser 6000 euros en 6 mois si ti gagnais 1600 et que tu avais toutes tes charges? Ca fait peu

    Marie

    • 2 août 2017 at 7 h 31 min

      Ah bah justement, il y a plein de techniques pour gagner de l’argent à part son salaire. D’abord, j’ai pris un second emploi de serveuse pendant 3 mois à côté, donc cela m’a bien aidé. J’ai vendu tous mes meubles sur le bon coin avant de partir, réduit considérablement mon train de vie. Et tout mis bout à bout, on arrive au compte ^^

  4. 25 juillet 2017 at 21 h 57 min

    De bonnes idées. Et on retrouve toujours le travail comme meilleure source Evitez les sushis et cuisiner à la maison. Et tenir un tableau excel avec toutes les dépenses pour se rendre compte de l’avancée

    • 26 juillet 2017 at 11 h 12 min

      Bah ouais, rien de magique comme je dis toujours, mais y’a que ça de vrai et qui a fonctionné pour moi pour le moment ;) Alors go ! Merci !

    • 3 août 2017 at 23 h 53 min

      Visual Budget est une Super application qui évite Excel Très pratique je vous conseil car vous pouvez la modifier de Que vous quitter la caisse de votre dépense et ainsi avoir le solde de votre compte a jour

  5. 26 juillet 2017 at 12 h 24 min

    Ouh lala… J’ai plein de questions !!! Comment t’es tu formée pour démarcher et te vendre auprès des professionnels du tourisme en ligne ? Comment as tu développé ton réseau ? Combien de temps estimes tu travailler par mois et pour un salaire moyen de combien ? Comment concilies tu le voyage et le boulot (choix des sujets = choix des destinations)? Merci !!

  6. 26 juillet 2017 at 13 h 03 min

    Mdr, c’est exactement se sue je fait actuellement mais voir sa a l’ecrit c’est sympa aussi ^^ le seul détail que j’ai en plus c’est mon chien ^^

    • 26 juillet 2017 at 15 h 56 min

      Ah j’avoue qu’avec l’ami chien, c’est bien cool aussi

    • 26 juillet 2017 at 16 h 26 min

      Il aide beaucoup moralement :)

  7. 26 juillet 2017 at 13 h 12 min

    Le problème c’est quand on ne peut pas rester chez ses parents

    • 26 juillet 2017 at 15 h 48 min

      Je ne peux ni y rester ni stocker, vu qu’ils vivent à l’étranger… Grande question ça…

    • 26 juillet 2017 at 15 h 58 min

      Oui je peux comprendre que du coup, c’est plus compliqué… Après, idéalement, c’est de prendre une piaule vraiment pas chère chez l’habitant ou chez un vieux, moyennant service à la personne ou ce genre de choses. C’est clairement moins facile je comprends !

  8. 27 juillet 2017 at 6 h 47 min

    Sympa l article. Ça m a donné des idées .merci

  9. 27 juillet 2017 at 7 h 04 min

    Merci pour ton article à moi de voir maintenant dans quelle branche je vais pouvoir me lancer. Pas évident :/

    • 27 juillet 2017 at 15 h 58 min

      Haha mieux vaut commencer au plus simple au départ si je peux ne conseille que ça !

  10. 27 juillet 2017 at 16 h 21 min

    Très bon style rédactionnel,on accroche tout de suite :) et merci pour ton témoignage ! J’avais également commencer à me renseigner sur le métier de rédacteur web qui se rapproche de mes envies car j’aime autant écrire que voyager, et j’aime par dessus tout cette liberté que l’on acquis en mêlant les deux ! Ton article m’a donné envie de creuser à nouveau :) est ce que je peux garder ton contact pour te poser d’éventuelles questions sur le sujet ?

    • 29 juillet 2017 at 2 h 57 min

      Coucou Christelle !!! Oui avec plaisir, n’hésites pas ! Et un énorme merci pour ton retour qui fait trop plaisir

  11. 31 juillet 2017 at 14 h 30 min

    Tu. gères. tellement ^^

    • 12 août 2017 at 3 h 29 min

      Mwouhaha !!!! Euh… écoute je ne sais pas si je gère mais bon, on va dire que ça marche, c’est ce qui compte lol !!!

  12. 4 août 2017 at 0 h 13 min

    Merci pour ce partage! Une super expérience Que Tu as vécu Et quel Courage de tout lâcher.Bravo.Un peut plus compliqué à vivre avec une famille c’est pour ceci moi j’ai trouvé une autre solution,mais en effet but est le même,voyager
    Des nos jours les solutions ne manquent pas in faut juste les saisir.

    • 8 août 2017 at 15 h 18 min

      J’avoue qu’avec des enfants, je sais que c’est possible mais je ne m’avance pas trop, je ne suis pas la spécialiste ! Mais je crois que tu as tout compris, quand on veut, on peut

  13. 4 septembre 2017 at 17 h 07 min

    Très chouette parcours ! :-) Et c’est vraiment cool d’en parler comme ça, ça donne envie (ou non) aux autres et on peut se faire une idée de ce qui est possible, etc.

    • 17 septembre 2017 at 9 h 16 min

      Haha oui ça permet aussi de montrer aux autres qu’il n’y a rien de très magique, surtout du boulot et du boulot. Perso, je me plains pas, j’ai aimé chaque seconde, même les pourries, mwouhaha !!! Mais comme tu dis, cela peut peut-être ouvrir les yeux à certains. En tout cas, merci pour tes commentaires, c’est trop chou <3

  14. 23 septembre 2017 at 9 h 41 min

    Magnifique Blog, pleins de ressources. Très utile pour notre voyage en Australie occidentale.
    Nous partons deux mois l’année prochaine en road trip avec notre fils de 6 ans.
    Bonne continuation.

    • 28 septembre 2017 at 7 h 07 min

      Ah merci Cindy, c’est super gentil ! Et trop heureuse si cela peut t’aider également !!!! <3 Bon voyage du coup :D

  15. 16 octobre 2017 at 16 h 11 min

    Salut Nastya, je regarde depuis quelques temps l’évolution de son site, et franchement, ça claque ! Elle est loin, la jeune fille qui nous a posé des questions sur pourquoi, comment vous faites.. Les galères en Oz… Il y a plus de 5 ans maintenant.. Bref, c’est top, je suis super contente que tu ais réussi, et c’est cool que j’ai pu, à un moment te faire tenir et t’encourager à persévérer. Nous on est revenu complétement contaminés d’aventure en revenant d’Oz, il m’a fallut plus de 3 ans pour faire le deuil de cette fin de voyage… Depuis notre retour, on a retrouvé du taff dans nos branches respectives (informatique et sécurité/environnement), mais on continu de faire des voyages régulièrement. On rentre d’ailleurs d’un trip de 3 semaines à La Réunion, en van bien sur ! Kiss cool !

    • 24 octobre 2017 at 15 h 49 min

      Ah coucou Pauline !!!! Comme ça fait trop plaisir de te voir ici ! Pétard, ouais, tu étais là au tout début et tu as clairement participé à la petite flamme qui m’a poussé à partir pour une nouvelle aventure, qui n’est toujours pas terminé au final haha ! Le premier jour du reste de ma vie haha !!!! J’espère que vous avez tout de même réussi à retrouver le bonheur dans le fait de repartir dans vos vies d’avant. Parfois, le voyage n’est qu’un passage. Et parfois, cela devient un style de vie :) tout ce qui compte, c’est de s’y retrouver ! Trop bien pour votre voyage à la Réunion waouh ! #VanLife forever !!!! Bisous les coupains, trop contente de lire de vos nouvelles pour le coup <3

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge