apprendre une langue rapidement

MES 10 ASTUCES POUR APPRENDRE UNE LANGUE RAPIDEMENT

Comme tout le monde, j’ai appris l’anglais à l’école. Et comme tout le monde, la première fois que je me suis rendue en Angleterre, fière de mes huit ans d’anglais et de mon 15 de moyenne… je n’ai ab-so-lu-ment rien compris… Je me rappelle mes premiers babillages anglo-saxons avec un petit sourire en coin. Me tromper en utilisant le mot « fantasme » au lieu du mot « fantaisie » en plein milieu d’une conversation me fait aujourd’hui sourire (ou me morfond au plus haut point, c’est au choix haha). À l’époque, c’était clairement de la torture…!

Toujours est-il qu’après six mois sur le sol British, je pouvais tenir une conversation avec n’importe qui. Et aujourd’hui, après deux ans passés dans des pays anglo-saxons, je parle couramment l’anglais et certaines personnes ne savent même pas dire que je suis française (ouais, je me la pète graaaave !). Je n’ai pas de recette magique, mais voici les différentes astuces que j’ai mises en place et qui m’ont permis d’apprendre une langue rapidement. Vous me direz ce que vous en pensez !!!

apprendre une langue rapidement

1. Je me suis mise en immersion totale grâce à une année en Erasmüs

Et oui, cela manque cruellement d’originalité, mais j’ai plus appris l’anglais en neuf mois sur le sol anglais qu’en dix ans de cours à l’école. Il faut savoir qu’on apprend une langue en l’écoutant et en la parlant. Et dans le système d’apprentissage français, on écrit… C’est top pour correspondre avec son petit pote américain rencontré sur la plage l’été dernier, ou faire des exercices à trous sans fautes avec la règle du BE+ING. Mais quand il s’agit de se présenter de manière spontanée, il n’y a plus personne…

Pour ma part, je suis partie pendant deux semestres universitaires en Angleterre (mais il y a bien d’autres options comme les stages à l’étranger, les séjours linguistiques, les boulots d’été, etc). J’ai joué la carte de l’immersion totale. TO-TA-LE. Je me suis mise en colocation avec des étrangers et, chance pour moi, principalement des Allemands et des Scandinaves, qui parlaient déjà un très bon anglais. À la seule française qui partageait ma coloc, j’ai imposé la règle de ne parler qu’en anglais ensemble, même seules (c’était bizarre au début, mais on a vite pris le pli, big up ma Annabelle !).

J’ai fui absolument toutes les soirées avec des Français. Je n’en ai pas côtoyé un seul pendant toute mon année universitaire. Je me suis inscrite au cours de tennis, où il n’y avait que des Anglais. Bref, j’ai joué la carte de l’immersion totale. Le français (et les Français par la même occasion)  sont devenus ma bête noire… !

2. Je n’ai parlé qu’avec des étrangers, au début

Car il faut bien le dire, je ne comprenais absolument rien à ce que disaient les Anglais. Trop rapide, trop de slang et d’expressions inconnues, trop de tout ! Alors, pour ne pas me décourager, je parlais principalement avec d’autres étrangers, si possible avec un bon niveau d’anglais. Grâce à un débit plus lent et un anglais plus formel, je comprenais beaucoup mieux et je me sentais quand même un peu moins seule… Car c’est bien le point suivant le plus compliqué à gérer…

apprendre une langue rapidement

 

3. J’ai refusé de perdre confiance en moi

Et s’il n’y a qu’une seule règle à retenir, c’est bien celle-là, hein?! Qu’est-ce qu’on se sent seul et bête quand on apprend une langue étrangère. Le sentiment de passer pour une potiche toute une soirée à rigoler à des blagues qu’on ne comprend pas. La petite boule au ventre constante au cas où quelqu’un finirait par nous poser une question et se rendre compte qu’en fait, on ne comprend rien, jamais, depuis… toujours (honte ultime !!!). Passer pour plus bête que ce qu’on est quand quelqu’un répète quatre fois la même phrase (il ne pourrait pas la tourner autrement, sa put*** de phrase, le conna*** ???).

Bref, c’est psychologiquement et même physiquement éprouvant. Je me rappelle rentrer de journée de cours et littéralement m’effondrer de fatigue sur mon lit, la tête bourdonnante. Apprendre une langue, c’est du sport. La seule chose que je puisse vous conseiller, c’est de ne pas perdre espoir. Cela dure un temps, un mois, deux mois, mais ça finit par passer. Et là, on rentre dans la phase qui devient intéressante, l’apprentissage pur et dur !

4. J’ai accepté de me tromper

Et de me prendre des grosses hontes, accessoirement ! Mais à un moment, il faut se lancer. On fait des erreurs, on dit des conneries, mais tant pis, au moins, on communique. Et c’est finalement tout ce qui compte. J’ai dû raconter des blagues pas drôles, des anecdotes qui n’avaient aucun sens, répondre à côté de la plaque, utiliser les mauvais verbes, dire « plan à trois » au lieu de « plan de table » (hum, faites que non mais anecdote véridique d’un barman italien avec qui j’ai bossé en restauration, le dégoût…). Mais bon, cela ne m’a pas empêché d’avoir des supers potes pendant un an. Et les gens sont avides de parler, alors malgré un anglais un peu limité, on y arrive toujours.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5. Je notais tous les nouveaux mots appris dans un carnet

Qu’on soit bien d’accord, les bonnes résolutions du type : « aujourd’hui, j’apprends 10 mots de vocabulaire par jour, ou la liste de tout le vocabulaire pour l’univers de la pâtisserie (*battement de cils et sourire forcé à l’appui*), ça ne fonctionne pas… ou deux jours. Il faut se motiver avec un apprentissage utile. Du coup, lorsque j’entendais un mot ou une expression qui revenait plusieurs fois par jour, je finissais par la noter dans un carnet pour vérifier sa traduction le soir-même. « aaah, rubbish, ça veut dire « ordures », mais aussi « c’est à chier ». Et bah ça, j’allais le réutiliser, pour sûr !

6. J’essayais de réutiliser un nouveau mot trois fois dans une journée

Là, c’est un peu plus rébarbatif, mais ça fonctionne super bien. Combien de fois j’ai entendu des mots que je comprends, mais que je suis incapable de réutiliser. C’est tellement frustrant !! Et j’ai enfin compris qu’il est très différent de comprendre un mot et de se l’approprier. Pour le coup, je n’ai pas trouvé d’autres techniques que de me forcer à utiliser ce mot plusieurs fois. Au début , ce n’est pas naturel, je le cale au mauvais endroit. Mais au final, une fois utilisé quelques fois, il fait partie de mon nouveau vocabulaire ! Ce qui fait qu’aujourd’hui, je ne dis plus « Can I have the coffee directly, please ? », mais « Could I have the coffee straight away, please ? ». Et de répondre « Hold on » au lieu de « Wait ». Ça sonne mieux, hein ?

apprendre une langue rapidement

 

7. Je me parlais tout seule dans la langue (et je le fais encore !)

Amis schizophrènes, bonsoir ! Et oui, j’ai toujours été assez fana de me parler toute seule. Pour me motiver, rien n’a jamais autant marché. Et bien, se parler dans une langue étrangère, c’est assez miraculeux également. Pas de stress du regard des autres, de se tromper, d’avoir un trou. On s’en fout, on est tout seul. Du coup, bizarrement, c’est souvent là que je me parle le mieux. C’est également excellent pour travailler son accent (surtout nous, les Français !).

Prenez un sujet sur lequel vous n’avez pas pu converser à votre aise durant la journée écoulée (vous savez, celui où le temps que vous battissiez votre réponse dans la tête, la discussion n’avait plus rien à voir). Mettez-vous en mode « repeat » et faites-vous votre propre débat, votre petit laïus à vous. Au début, on manque de beaucoup de vocabulaire, c’est difficile, c’est tout sauf fluide. Mais avec le temps, cela devient un vrai jeu agréable. Et se voir tenir une conversation, même à soi tout seul, cela fait juste beaucoup de bien pour le moral ! Jusqu’au jour où, au bon moment dans une discussion, vous allez pouvoir placer votre phrase. Hallelujah !!

8. Je notais tous les mots qui me manquent dans un carnet

Et le carnet fait son retour. Avec un dictionnaire miniature, c’est THE outil indispensable à avoir dans son sac. Dès qu’un mot vous manque dans une conversation, POF, vous notez (et cela fonctionne très bien dans la cas du point précédent). Cela prend deux secondes, trois dixième et cela va booster votre vocabulaire comme jamais. Notez tout de suite, car vous ne vous en rappellerez jamais plus tard, hors contexte. Impossible.

Et le soir venu, vous vérifiez la signification dans le dictionnaire. Le jour d’après, vous allez vouloir réutiliser ce mot mais, ooops, trou de mémoire de nouveau. Hop, vérification dans le dictionnaire à nouveau. Et au bout de la troisième, dixième, millième fois (au moins mille vérifications pour me rappeler du verbe « coudre », pour ma part), vous allez enfin vous en rappeler. Merci, petit carnet ! (D’un côté, vu la grande couturière que je suis, je ne suis pas vraiment étonnée…).

9. Je ne me suis pas trop attardée sur ma grammaire au début

Et oui, contrairement à ce qu’on pourrait croire, la grammaire, c’est bien, mais quand il s’agit de parler, ce n’est pas toujours évident. Personnellement, je me suis concentrée sur l’écoute et la méthode perroquet. Quand j’entendais une tournure de phrase à répétition, j’ai fini par l’utiliser. Du coup, j’ai rapidement répété « It’s been a long day ! » et pas « We spent a long day ». Pourquoi j’utilise tel temps plutôt que tel autre ? Waouh, aucune idée, mais j’ai toujours entendu dire cette phrase alors je la répète telle qu’elle.

Et seulement une fois ces quelques automatismes acquis, j’ai commencé à me replonger dans certaines règles de grammaire, sans m’embrouiller. C’était même beaucoup plus logique après coup, car je comprenais pourquoi j’utilisais ceci comme cela. Et quel automatisme je pouvais corriger. Bref, je me serai concentrée sur toutes les règles de grammaire au début, cela m’aurait juste un peu plus bloqué. Alors qu’après un peu de pratique, cela devient finalement intéressant et logique. C’est mon point de vue (enfin, faut pas exagérer non plus, cela reste de la grammaire…!).

apprendre une langue rapidement

 

10. Restez fier de vous

On ne parle jamais assez bien. On fait toujours des erreurs. Cela fait plus de deux ans que je pratique une langue étrangère au quotidien. Mais je me frustre régulièrement quand je me réveille un matin et que je n’arrive pas à enchaîner deux mots correctement. C’est comme ça, votre seconde langue ne sera jamais au niveau de votre langue maternelle et c’est déjà bien. Face à tous ceux qui auraient la mauvaise idée de se moquer de votre langue d’adoption moins que parfaite, n’oubliez pas que souvent, ce sont ceux qui ne parlent qu’une seule langue qui font les remarques les plus désobligeantes. Et la jalousie ou le manque de tolérance ne vaut pas la peine de s’énerver. Enfin, ne vous départissez jamais d’un beau sourire, car celui-là, il a l’avantage de faire partie d’un langage universel !

Si cet article t’a plu, n’hésites pas à le partager sur les réseaux sociaux comme Pinterest ! :) Tu aimeras aussi certainement « Peut-on voyager sans parler anglais ? » Et toi, tu as d’autres astuces pour apprendre une langue rapidement ? Partage tes conseils avec nous !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

32 comments on “MES 10 ASTUCES POUR APPRENDRE UNE LANGUE RAPIDEMENT

  1. 17 mars 2016 at 13 h 33 min

    Hello Nastasya !
    Tu m’as bien fait rire dans cet article, je me retrouve totalement. Après 6 mois en Colombie, le bilan « apprentissage en espagnol » est beaucoup plus important que mes années devant un tableau blanc.
    Tous tes petits conseils sont vraiment super. A voir si je mets en place celui du carnet, car il m’arrive de redemander pendant une semaine entière la signification d’un même mot. Ça devient un peu exaspérant ! Et les constructions de phrase pendant 5 minutes dans sa tête, et quand elle est prête le sujet de conversation est déjà passé depuis 4,50 minutes… C’est tous les jours !
    Je trouve que les expériences à l’étranger sont vraiment formatrices. On y apprend une langue, mais on en apprend aussi sur soi-même, on passe par des passages un peu durs, et d’autres que l’on aurait jamais vécus ailleurs, mais le résultat est largement positif !

    • 26 mars 2016 at 1 h 51 min

      Coucou Charlène! Ouh là, je vois qu’on a connu les mêmes galères dans l’apprentissage d’une langue. Oh que oui, il y a des moments de grande solitude. Le plus frustrant pour moi, c’est d’avoir l’impression de passer pour une grosse godiche parce que je ne pige rien. Ca m’énerve profondément!!!! Mais bon, c’est un passage obligé. Et quand on fini par pouvoir participer aux conversations, c’est tellement valorisant !!! :D merci pour ton retour en tout cas, et en espérant que mes petites astuces t’aident un chouilla ;)

  2. 18 mars 2016 at 1 h 21 min

    Thank God je ne suis pas la seule à être légèrement schizo et à me parler toute seule dans une autre langue!!!! :D
    Moi aussi on n’arrive plus trop à savoir que je suis française, on me prend souvent pour une irlandaise car l’Irlande est le premier pays Anglophone où j’ai été en immersion pendant une longue période et apparemment j’ai gardé l’accent, même 7 ans plus tard! Mais ça ne m’empêche pas aussi d’être complètement à la ramasse quand je suis fatiguée et de ne pas pouvoir aligner deux mots en anglais (et en francais aussi d’ailleurs.. ^^) et aussi de faire des fautes de prononciation à la con. Pas plus tard que la semaine dernière d’ailleurs j’ai dit à mon homme qu’on avait besoin de « Laundry Powder » et tout le monde dans la pièce, beau papa et belle maman inclus, m’ont regardé avec des yeux ronds et ont tous explosé de rire… ah bah oui au lieu de dire « Laundry » j’ai dit « Lingerie » !!!!!!!!!! :D
    Marion Articles récents…Les plus belles plages de la région de Dunsborough, Australie Occidentale.My Profile

    • 26 mars 2016 at 1 h 48 min

      MDRRRRR j’aime beaucoup l’anecdote ;DDDDDDD ils ont dû kiffer les beaux-parents. En même temps, dans la bouche d’une française, ça passe toujours bien haha! Et bienvenue dans le club des schizo, on est déjà 3 avec Camille, le succès est à nos portes!

  3. 18 mars 2016 at 8 h 02 min

    Youhou, on va ouvrir un « club des nanas schizo’ qui se parlent toutes seules en anglais » ! On tient un truc là ! Huhu
    Plus sérieusement, merci pour cet articles ; certains points me confirment que je suis sur la bonne voie et me rassurent, tandis que d’autres sont des bons conseils qui me seront utiles pour le WHV !

    • 26 mars 2016 at 1 h 46 min

      Haha j’accepte l’invitation pour le club des schizo ! Non mais franchement, ça parait bête mais ça marche super bien, cette technique pour le coup ! Merci pour ton retour, cela me fait super plaisir de savoir que quelques petits trucs peuvent t’aider ;) entre shizo (et fan de HP), on se comprend de toute manière! ps: j’ai vu les t-shirts HP à Primark. Gorgeous, je crois que je vais y retourner faire une razia!

  4. 20 mars 2016 at 5 h 16 min

    Super ton article, d’une grande justesse. Je m’y revois … Il y a quelques années ! Havé fun. Mimi

    • 26 mars 2016 at 1 h 33 min

      Hihi merci. Comme quoi, je ne suis pas le seule à me parler toute seule dans une langue étrangère ;D merci Mimi!!

  5. 31 mars 2016 at 13 h 49 min

    Il est top ton article et me booste pour mon départ à Londres !! Je suis d’accord avec tes méthodes, je les pratiques un peu au quotidien quand je regarde une série/film par exemple je note les expressions ou sur intagram y’a rien de mieux pour se mettre à la page niveau expression je trouve .

    Merci pour ton articles , qui done le sourire

    • 8 avril 2016 at 15 h 23 min

      Ah ouais, Instagram, c’est une super idée pour le coup, merci pour le conseil !!! Et merci pour ton retour positif, c’est super gentil :D

  6. 12 avril 2016 at 10 h 08 min

    Trop bien ton article j’ai a bonne la grammaire coe toi et j’ai decider d’ecouter je suis pas schizo mais apres 8 ans en Angleterre au bout de quelques minutes de conversation on me dis oh you are french le truc qui tue mais bon on se decourage pas :)

    Continue avec tes articles.

    • 13 avril 2016 at 0 h 35 min

      Haha le fameux « you’re french » dès que t’as ouvert la bouche, je connais. Même si je dois dire que je suis assez fière car de moins en moins de gens le perçoivent, yes! Et après tout, il parait que c’est l’accent le plus sexy du monde alors… garde-le ;) merci pour ton gentil retour !!

  7. 12 avril 2016 at 10 h 15 min

    Hello Nastasya ! Je suis tombée sur ton blog un petit peu au hasard et je le dévore ! Bravo pour cette décision de fou de tout quitter et vivre ses rêves ! J’ai pris la même décision il y a 6 mois, je pars vivre en Australie en juin, je n’en peux plus d’attendre. Je quitte mon boulot de rêve en marketing aussi (je rêve de ce boulot depuis 10 ans) et je veux enfin être libre et heureuse ! J’apprends évidemment l’anglais aussi, j’ai hâte d’être enfin totalement immergée également. Je note ton blog dans mes favoris, à bientôt :D

    • 13 avril 2016 at 0 h 33 min

      Oh mais merci Joséphine !!!! Ce genre de message, juste SMACK SMACK SMACK sur tes 2 joues :D :D :D trop contente de savoir que tu sautes également le pas, et quelle belle destination tu as choisies !!! Tiens moi au courant surtout ;)

  8. 12 avril 2016 at 11 h 31 min

    Hello,

    Ça me rappelle l’article que j’ai sortis il y a quelques semaines sur le même thème. Eh j’aime beaucoup le tien ;)
    Kevin On The Road Articles récents…Peut-on réellement profiter de son voyage à travers son smartphone ?My Profile

  9. 28 avril 2016 at 21 h 50 min

    Super article. Exactement ce que je vis en ce moment !

  10. 3 août 2016 at 9 h 36 min

    Moi aussi je fais le 7 !!

  11. 11 août 2016 at 10 h 16 min

    Tres bons conseils. J’ai travaillé 5 ans aux uk mais avec 70% de français. J’ai progressé au début mais après on stagne. Je pense que pour vraiment devenir « bilingue » l immersion même sur une courte période et indispensable.

    • 11 août 2016 at 11 h 56 min

      Merci Edouard !!! Carrément, c’est parfois difficile de « fuir » les français. Mais c’est le seul moyen pour vraiment progresser à moyen et long terme ! Merci pour ton retour en tout cas :D

  12. 20 septembre 2016 at 20 h 48 min

    Merci pour les conseils, je me retrouve vraiment dans cet article merci ! ( ah ce verbe coudre alors c’est une horreur !)

    • 22 septembre 2016 at 17 h 25 min

      Mouhaha j’avoue je crois que je n’arrive toujours pas à le prononcer correctement ;D merci à toi !

  13. 29 juin 2017 at 15 h 52 min

    Super tes conseils ! Personnellement, lorsque j’apprends une langue j’aime être à 100% dedans, je regarde des films dans cette langue, j’écoute des musiques de cette langue etc. Lorsque l’on ne peut pas vivre dans le pays concerné c’est un bon moyen de retenir des mots.

    • 6 juillet 2017 at 9 h 16 min

      Ah ouais, les musiques, c’est un bon plan aussi. J’avais une copine qui traduisait toutes les paroles de chansons qu’elle aimait au lycée et elle était super douée !

  14. 27 juillet 2017 at 11 h 37 min

    Bien dit, je me rappellerait quelque mois , ou j’essaie chaque jour de trouver des nouveau bloc avec une français assez simple comme celui ci, et je ne trouverai pas, bon travail, conseils chaleureux, continuer comme ça,

    • 12 août 2017 at 3 h 21 min

      Hello Khalid ! Merci pour ton retour, ça fait trop plaisir !!!!!! :D Voilà, faut persévérer, bravo !

  15. 3 septembre 2017 at 16 h 20 min

    Trop bien cet article.
    J’ai adoré le conseil pour devenir Schyso assez vite (euh non, bilingue) hihi, bon moi aussi je me parle souvent toute seule en anglais histoire d’avancer et oui je trouve aussi que ça aide vraiment à progresser parce que je n’ai pas la chance de pouvoir aller passer quelques mois à l’étranger, mais franchement j’ai beaucoup aimé ces quelques conseils et anecdotes avec lesquels je vais me mettre à une nouvelle langue cette année… euh ben oui après en avoir apprit une, il n’y a pas de raison d’en rester là… je me mets au Coréen (un peu plus compliquer) mais bon du coup je vais repenser à ton article je pense assez souvent :)
    Merci

    • 17 septembre 2017 at 9 h 13 min

      Ah c’est trop gentil ton retour, merci !!!!! J’avoue que le coup du schizo, c’est vraiment drôle mais pour le coup, ça marche vraiment trop bien !!!! :D Merci à toi !

  16. 12 septembre 2017 at 1 h 36 min

    Merci pour ton article je me sens moins seul. J’ai 49ans je viens d’arriver en Australie depuis 3mois une première pour moi dans un pays étranger et bien sûr la catastrophe en anglais.
    Alors il y a quinze jours je me suis dit  » quand je suis seul dans mon appartement  » j’essaye de parler à haute voix  » …. petit à petit je commence à me lancer pour dire deux trois mots d’affilée ouf c’est sortie le plus dur est de m’exprimer. Je suis tellement frustré de pas pouvoir discuter avec les gens et d’échanger. Je prends mon mal en pascience. Comme tu le disais tu mets trois plombes pour faire une phrase et quand tu as un semblant de phrase ils sont déjà au dessert!!!
    Pour moi c’est une superbe aventure qui vas durée minimum 3ans. Alors je me dit patience tu vas y arrivé. Merci à toi pour ton partage.
    Belle aventure

    • 17 septembre 2017 at 9 h 20 min

      Ah merci Anne, c’est génial ce retour d’expérience. La solitude de la barrière de la langue, oui, je vois très bien. Je trouve ça super que tu te lances quand même seule, le plus dur est de passer ce cap de « j’ai la honte ». Une fois ça passé, ça va aller beaucoup mieux. Et 3 ans, my god, tu vas revenir bilingue :D bravo à toi !!!!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge