freelance en voyage plus productif

FREELANCE EN VOYAGE : 15 IDÉES POUR ÊTRE PLUS PRODUCTIF

C’est bien connu, quand on voyage et travaille en ligne en même temps, l’un des pires ennemis qui soient, c’est cette put*** de procrastination. T’as prévu de faire ça, ça et ça aujourd’hui ? Et la voilà qui s’invite sur ta TO DO list et fout tout en l’air. Je ne comprenais pas les gens qui s’en plaignaient quand j’étais salariée, car je n’avais aucun problème avec ça. Je bossais mes 8 h d’affilée sans problème aucun (#EtJeMelaPete).  Et puis j’ai fait sa rencontre quand j’ai commencé à bosser en tant que freelance en voyage. Grrrr !! J’ai tout fait pour limiter la casse, avec plus ou moins de succès. Voici donc mes 15 meilleures astuces pour être plus productif en tant que freelance en voyage, afin de passer moins de temps devant l’ordi et plus de temps à profiter et découvrir !

 

1. SE DONNER DES PLAGES HORAIRES BOULOT / LOISIRS

C’est la base pour ma part. Quand j’ai commencé à bosser à mon compte, je ne me donnais aucun horaire et j’arrivais souvent à des journées de 10-12 h de boulot sans trop de problèmes… Je vous le dis tout de suite, ça tient un temps et puis un jour, votre tête en a juste marre. Et va vous susurrer des idées alléchantes du style : et si tu allais voir la dernière bande-annonce de ce film sur Youtube. Allez, juste 2 minutes, pour faire une pause. Au final, c’est 2 heures qui passent à se refaire toutes les bandes-annonces de l’histoire du cinéma, de Matrix à Raisons et sentiments en passant par les Goonies. Bref, c’est un mauvais calcul que de vouloir en faire trop, ça vous rattrape toujours. Donc maintenant, je bosse environ de 8 h par jour (et oui, ça fait bureau, mais je m’adapte au rythme de mes clients). Et entre-temps, c’est récré !

2. RÉPONDRE À SES MAILS 2 FOIS PAR JOUR ET C’EST TOUT !

Autre piège que j’ai réalisé il y a peu : la mauvaise habitude de rester sur sa boîte mail toute la journée. À moins que votre job soit de gérer des mails, c’est la cata. Et le pire, c’est que je le revois dans mes erreurs de débutantes quand j’ai commencé en entreprise et que je devais gérer entre 50 et 100 mails par jours (un désastre de temps perdu, tout le monde met tout le monde en copie de tout). J’avais alors appris à traiter le plus gros le matin et à passer à mes vraies occupations ensuite, celles qui me font créer de la valeur, quoi. Et bien cela m’a rappelé de vieux souvenirs quand j’ai recommencé à voir une boîte mail pleine avec ma nouvelle activité de freelance. Bref, je me suis rendue compte qu’à part quelques rares exceptions, rien ne presse à la seconde. Je réponds donc de bon matin à tout le monde. Je vérifie vite fait en milieu de journée s’il n’y a pas d’urgence et refait un petit refresh le soir. Et c’est tout !

3. FAIRE LES CHOSES IMPORTANTES EN PREMIER

Et ce n’est pas toujours évident, car qui dit priorité, dit souvent « truc qu’on n’a pas vraiment envie de faire maintenant », je me trompe ? Quand je fais mon planning d’un jour à l’autre, ou d’une semaine à l’autre, j’essaye toujours de planifier les tâches importantes (et qui me gavent) en premier. Et de garder les tâches plus plaisantes et créatives en fin de semaine. Comme ça, c’est un peu la récompense si j’ai été efficace et cela me motive à claquer les choses vite fait, bien fait ! Cela me demande de me fouetter et je fais un peu la boudeuse au moment de m’y mettre, mais quand dès midi ou dès jeudi, je peux m’atteler à des tâches que j’aime vraiment faire, il n’y a pas plus heureuse que moi !

 

4. FAIRE UN PLANNING À LA SEMAINE

Autre bon moyen de lutter contre la procrastination en tant que freelance en voyage : planifier à mort !!! Je pense qu’il est hyper important d’avoir un planning dans le grandes lignes et pour les grandes tâches sur 6 mois, puis une liste des tâches prioritaires du mois à venir, et enfin un découpage par semaine. Je sais, ça sonne un peu militaire, mais c’est le meilleur moyen pour éviter de toujours se dire : oh, j’ai pas le temps ce mois-ci, je m’y mettrai le mois prochain. Et de voir les pages du calendrier s’égrainer lentement mais sûrement en remettant toujours à plus tard des sujets importants.

J’évite le planning trop précis à la journée également. Car je me suis rendue compte que j’étais au bout de ma vie quand j’avais planifié 8 choses et que je n’en avais fait que 2 à cause d’un contretemps technique ou autre. Donc un planning à la semaine, c’est bien. Suffisamment large pour me laisser la liberté d’adapter selon les urgences. Et pas trop long pour ne pas se perdre en chemin. Et crier victoire le vendredi parce que c’est bien connu, vendredi, c’est ravioli !

5. GARDER SES PRIORITÉS EN TÊTE

C’est tellement facile de partir dans tous les sens quand on travaille pour soi. Pas de boss pour vous dire quoi faire en priorité, pas de réunions pour vous obliger à boucler un dossier, pas de point hebdo en équipe. Rien de rien. Juste vous pour vous flageller d’avoir passé 3 jours sur un logo quand il aurait fallut passer 3 jours sur la stratégie de votre business… Bah ouais, mais c’est quand même beaucoup plus fun, de faire un logo !!! ^^ Du coup, régulièrement (pas moins d’une fois par mois), je refais un point de tous les projets en cours, ce qui a avancé ou pas, quelles sont les priorités, si je suis toujours en phase et sinon, quoi aligner. J’ai un petit tableau Excel tout bête avec une ligne par projet et l’avancement de chacun par mois. Je marque la chose d’une couleur verte ou rouge selon le résultat. Et quand c’est rouge partout, je me pends (haha mais non, je rigole, je me fouette seulement) ^^ !

6. AVOIR UN AGENDA

Et oui, ce petit objet qui semble maintenant un peu d’un autre monde… risque de vous sauver la vie, alors investissez haha ! Les options sont multiples, format papier, grand, petit, jolie, moche, électronique, sur Google ou en appli, c’est au choix, mais je pense que cela reste le meilleur moyen pour se libérer de l’espace cérébral et rester productif en tant que freelance en voyage. Maintenant, j’ai pris l’habitude de vérifier tous les matins mes rendez-vous et d’adapter le programme de ma journée en fonction. Vu que je suis la personne la plus tête en l’air du monde, je dis Hallelujah !

 

7. AVOIR UN CARNET SOUS LA MAIN, TOUJOURS

C’est tout bête et pourtant, il y a deux très grands avantages à avoir un carnet sous la main pour écrire à n’importe quel moment. Le premier, c’est que quand vous bossez, c’est toujours le moment où une idée, un truc à se rappeler ou autre pop dans votre esprit. Si vous ne le notez pas de suite, vous risquez d’oublier et cela va vous énerver par la suite. Du coup, vous allez ressasser pour ne pas oublier et là, la concentration a pris du plomb dans l’aile. Quand ça m’arrive, je note tout d’un coup sur un post-it pour me débarrasser et je reviens à ce que j’étais en train de faire. Je sais que je n’oublierai pas et y reviendrai plus tard.

Deuxième gros avantage : l’inspiration. Parfois, celle-ci se pointe quand on l’attend le moins : sous la douche, dans le bus ou en marchant. Je me suis fait avoir plusieurs fois d’avoir une super idée et de ne pouvoir noter, et pof, 2 h plus tard, impossible de m’en rappeler, ça m’énerve !!!! Du coup, j’ai toujours soit mon téléphone, soit un carnet pour tout noter d’un coup. Ce qui me permet parfois de claquer un article ou les grandes lignes d’un projet en 2 temps 3 mouvements, parce que c’était le moment, youhou !

8. FAIRE DES PAUSES DURANT LA SEMAINE

Cette astuce fait directement référence à la première. Se donner un rythme de malade n’est pas une bonne idée. Ça donne bonne conscience au départ. Et puis ça part en live très rapidement. Et c’est souvent là ou Mme Procrastination s’engouffre dans la brèche. Octroyez-vous au moins une journée de pause dans la semaine (2 idéalement). Je sais que les workaholic vont me dire : 2 jours ??? Non mais tu déconnes ? C’est les grandes vacances scolaires chaque semaine ? Je ne peux pas, j’avancerai jamais assez vite !

OK, bon, maintenant, tu t’assieds, tu te détends et tu réfléchis. Combien de temps tu passes à procrastiner par jour sans déconner ? Fais ton petit calcul de combien d’heures dans la semaine cela te prends de regarder une vidéo par-ci, lire un article par là. Sachant que, pendant ce temps, tu restes sur le qui-vive et que tu ne reposes pas vraiment. Donc double peine : tu ne bosses pas, mais tu ne te détends pas non plus… Résultat des courses : la to do list n’est pas géniale, mais le cerveau est très fatigué… Alors ? Combien d’heures ??? OK, t’as mérité ta journée de repos en bonne et due forme, va découvrir le monde pour la peine !

9. SE COUPER DE SES PROCHES LE TEMPS QUE VOUS BOSSEZ

Autre petit désavantage à être freelance en voyage : les gens ne comprennent pas que vous bossez. Ils pensent : ah, mais elle est à la maison ou en voyage, je vais pouvoir l’appeler ! Tiens, elle vient de poster sur Facebook, elle est dispo. Et on vous appelle. Ou vous recevez un petit message « On skype, t’es là ? ». Le bon plan pour péter son planning et se morfondre en fin de journée !!! J’ai mis beaucoup de temps à me permettre ça. Mais maintenant, c’est clair. Mes amis savent que cela ne sert à rien de m’appeler si je bosse, je ne répondrai pas (oui, je sais, ça peut paraître un peu fou). Je préviens que je rappellerai dans le week-end ou quand j’ai le temps (rah, ces gens qui ne foutent rien et qui en plus, ne vous répondent pas) !!

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

10. TRAVAILLER DANS UN LIEU QUI FACILITE LA CONCENTRATION

À tous les nomades digitaux et freelance en voyage qui se disent que ça va être tellement cool de bosser de n’importe où sur la planète, sur la plage, dans des bars cocooning ou branchés à siroter des thés glacés ou des macchiatos à la pistache (idéalement avec un dessin de cœur dans la mousse, parce que c’est cool). Et bien en fait, non. La réalité, c’est qu’il y a de grandes chances que la connexion ne soit pas top, le coin bruyant, le macchiato froid parce que vous avez une urgence. Sans oublier que votre voisin finisse pas vous parler, vous coupant net dans l’élan.

Haha, je schématise bien sûr, c’est top de bosser à l’extérieur et chacun son délire. Mais soyons honnêtes, ce ne sont pas les jours les plus efficaces. Si vous êtes plutôt dans le genre « j’ai besoin de ma bulle pour travailler », trouvez-vous un petit coin calme où personne ne viendra vous embêter (donc souvent, chez vous) et où vous pourrez enchaîner de manière efficace. Histoire de retourner au même bar plus tôt que prévu et en mode vacances !!!

11. AVOIR UN ESPACE DE TRAVAIL AÉRÉ

Cela peut sembler un détail et pourtant, j’ai fait le test et je confirme, quand il n’y a que mon bureau, mon ordi et moi, je reste beaucoup plus focus que quand j’ai un post-it marqué « urgent » ou « trucs perso à faire » qui me fait de l’œil. Du coup, je vois ce qui est écrit, je me dis « ah oui, je devais regarder ça, c’est vrai ». Et c’est fini, efficacité partie ! Donc privilégiez un espace de travail épuré, une petite déco qui va vous inspirer au mieux, mais pas de papiers, de bouquins et de carnets partout, c’est trop tentant !

12. PROGRAMMER SES POSTS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Ça, c’est la vie ! J’ai une chance énorme (je trouve), c’est que je ne suis pas une accro des réseaux sociaux (bien que mon statut de fille détachée va rapidement sombrer dans les méandres d’Instagram). Mais malgré cette petite avance de « la meuf qui comprend rien, donc qui ne se connecte pas souvent », je me fais quand même parfois piéger quand j’ouvre un Facebook par exemple. Je me retrouve à entrapercevoir une vidéo. Je regarde parce que c’est 2 minutes. Puis une autre ensuite. Puis c’est l’anniversaire de Michel. Tiens, ce webinaire en post sponsorisé a l’air bien, je vais aller voir… Bref, je ne vous fais pas de dessins… Et je ne pense même pas aux aficionados du téléphone qui vérifient chaque notification qui « cling », chaque texto qui « vrrr » et dont la prochaine maladie va être une tendinite du pouce.

Ne retenez que ça : Buffer, Hootsuite, Tailwind et c’est tout !!! Ces applications vous permettent de planifier vos posts sur les réseaux sociaux à l’avance, je suis tellement fan ! Alors oui, les accrocs diront que cela perd en spontanéité. Pour ma part, je le fais seulement pour poster mes nouveaux articles sur Facebook, Twitter et planifier mes épingles sur Pinterest. C’est autant d’opportunités perdues de me connecter pour surfer 3 h au lieu de 2 minutes…! Et en tant que freelance en voyage, je préfère perdre 2 h à me balader dans un nouvel endroit que sur Facebook. Yes !

 

13. TÉLÉCHARGEZ L’APPLICATION QUALITY TIME

C’est justement une de mes copines pendue à son téléphone (et qui se reconnaîtra peut-être) qui m’a donné le nom de cette application. Autant dire que pour ma part, je n’en ai pas vraiment besoin puisque ce serait plutôt l’inverse : il me faudrait une application pour me dire « Nastasya, ça fait 5 jours que tu n’es pas allée sur Facebook, tu as des messages de tes lecteurs » ! Ah oui, merde ! Là, on s’adresse à ceux qui ont leur téléphone greffé à la main (et c’est vrai que ce n’est pas facile de travailler avec un téléphone dans la main, hein ?)! L’application Quality Time vous permet de calculer le nombre de fois que vous checkez votre téléphone et le temps passé dessus chaque jour et sur chaque application. C’est édifiant. Vous pensiez passer du temps sur votre téléphone ? Dites-vous que c’est pire que ce que vous pensiez. Bien… pire…!!!!

14. METTRE SON TÉLÉPHONE AILLEURS QUE SOUS SES YEUX

Dernière astuce pour faire la peau à votre téléphone, arme favorite de Madame procrastination : ne le laissez pas sous vos yeux. Je sais que c’est l’outil de travail par défaut de ceux qui bossent en ligne. Mais quand vous êtes déjà sur l’ordi, pas vraiment besoin de se faire couper toutes les 2 secondes pour vérifier quelle notification est arrivée ! Cela coupe la concentration et tue l’efficacité, la cata ! Perso, j’ai coupé les notifications. À plus. Fini. J’ai juste une pastille pour indiquer mes mails quand j’ouvre mon tél et basta. Mon téléphone est sur silencieux. Quoi ? Mais, et tes clients ? Bah souvent, je planifie l’appel avec eux. Donc je connais l’heure où je dois être joignable. Et le reste du temps, je fonctionne par mail. Donc le téléphone, c’est loiiiiinnnn !!

15. BOSSER HORS CONNEXION SI POSSIBLE

Disons-le, Internet est le BFF de Madame (la conna*** de) Procrastination. Peut-être même qu’ils se sont pacsés depuis le temps, les salauds ! Toujours est-il que voilà le souci : on allume l’ordi, on se connecte, on commence à ouvrir toutes les fenêtres nécessaires et y’a toujours un loupé : Facebook au cas où, Youtube pour la musique, les mails persos, comme ça style de rien. Warning !! Ça part en vrille en commençant comme ça !! Maintenant, je suis devenue une femme forte et j’arrive à ne plus ouvrir ces outils de la tentation et du mal. Mais avant, quand j’étais encore jeune et fragile psychologiquement, j’utilisais une technique un peu con con, mais qui a fait ses preuves : je bossais un max hors ligne. J’écrivais mes articles de blogs sur Word, préparais certains de mes mails comme ça également. Je retouche mes photos en ligne, mais idéalement, utiliser un logiciel sur l’ordi est encore mieux. Bref, j’éloignais l’outil de Satan jusqu’à ce que je n’aie plus d’autres choix, haha !

Voilà mes astuces pour être plus productive en tant que freelance en voyage. Je me doute qu’il y en a beaucoup d’autres, et à chacun de trouver les siennes. Avez-vous d’autres techniques à partager ? Parlez-en dans les commentaires !

Tu as aimé cet article ? Tu aimeras aussi : Comment devenir freelance pour être plus libre de voyager.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge