borie dans le Lubéron

POURQUOI JE VIS DANS LE LUBÉRON ENTRE DEUX VOYAGES

Je ne vous ai jamais vraiment parlé des périodes où je ne voyageais pas, hein ? Celles où, entre deux voyages, je pose les valises, fais le plein de sous et d’énergie, avant de repartir de plus belle (et oui, de temps en temps, ça m’arrive) ! Quand je ne suis pas en vadrouille, j’ai la chance de pouvoir élire domicile dans le sud de la France, au cœur de la Provence, dans le parc régional du Lubéron. J’aurais bien évidemment pu décider d’habiter ailleurs durant ces quelques mois par an. Mais, au-delà du fait que cela soit plus pratique ainsi, disons-le tout de suite… je n’irai nulle part ailleurs !!! Pourquoi je vis dans le Lubéron entre deux voyages ? Oh pauvre, pour tout plein de raisons, tiens !

 

borie dans le Lubéron

Les vieilles pierres

Personnellement, je ne me lasse pas de parcourir les petites routes du Lubéron et de découvrir de magnifiques demeures en pierre, des petits cabanons fatigués de tant d’années de service et du manque d’entretien, des bories qui ravivent l’histoire agricole de la région, des murs en pierre qui me rappellent la campagne anglaise. Disons que si vous aimez les vieilles pierres dans leur jus, on ne peut que craquer ici. Moi, c’est fait !

 

les coquelicots dans le Lubéron

Les paysages en fleurs

Lavandes, tournesols, coquelicots, rosiers grimpants, glycines, bignones… Je n’y connais rien en fleurs, mais je ne vous dis qu’une chose : si vous deviez visiter le Lubéron, faites-le au printemps, car la nature y est magnifique ! Dès le mois de mai, c’est un feu d’artifice de fleurs et de plantes qui s’animent. La campagne y est verte, avant de passer au jaune doré des herbes brûlées par le soleil en été. Bref, je ne me lasse pas de ce spectacle qui revient à chaque printemps !

 

pique-nique dans le Lubéron

Le rosé

Haha, difficile de parler de la Provence sans parler de rosé ! Je ne buvais jamais de vin avant (bon, forcément, j’avais 15 ans quand j’ai emménagé dans le Lubéron, alors cela ne risquait par trop non plus) ! Quand bien même, je n’étais pas très attirée. Mais il faut bien le dire, on tombe vite esclave du mariage parfait entre une salade de chèvre, des tartines de tapenade, une immense pizza mozza et… un bon verre de rosé frais. Avouez que vous en avez envie maintenant, hein ? ^^

 

terrain de pétanque à Lourmarin

La pétanque

Voilà un cliché qui a la peau dure. Soyons honnêtes, je ne joue pas souvent à la pétanque. Pas assez à mon goût en tout cas. Mais quand je vois des joueurs du dimanche, cela me rappelle cette année où j’avais été invitée par des amis à séjourner dans un camping près de la Durance, le fleuve de la région. Tous les jours, c’était petit-déjeuner, piscine, déjeuner, sieste… et quand la chaleur se faisait plus supportable, tournoi de pétanque !! J’adorais ça ! Avant de se préparer pour la fête du soir (et quelle fête, haha. Je me rappelle encore le refrain de la chanson de Lorie « Sur un air Latino », le top). Ce souvenir invite toujours un petit sourire nostalgique sur mon visage, c’est inévitable !

 

Bon de réduction Airbnb - Valiz Storiz

 

terrasse dans le Lubéron

Les terrasses

Je n’ai jamais été une grande amatrice des terrasses de restaurants car, étant une grande buveuse d’eau et de pas grand-chose d’autres, je n’étais jamais très inspirée par la pratique de « se poser en terrasse ». Et puis, il y a eu Lourmarin, les connaissances dans les villages, les potins sur machin et truc, la chaleur qui donne soif… et maintenant, j’adoooooooooooore me poser en terrasse. Un Pac à l’eau, s’il vous plaît !

 

chiner dans le Lubéron

Les vide-greniers

Personnellement, j’adoooooore chiner en vide-grenier. Au point que j’ai même pensé en faire mon métier pendant un temps : chineuse. Et puis j’ai fait blogueuse, cherchez l’erreur… Toujours est-il que j’adore les vide-greniers de Provence. Le cadre est toujours ultra chouette, dans des petits villages typiques, sur les placettes de mairie et du centre. Et puis, au milieu du fatras des greniers de chacun, il y a toujours des perles, comme du vieux linge de maison, des instruments agricoles en bois ou des sabots usés, qui donnent à ces marchés de seconde main des airs de cavernes d’Ali Baba. Les cigales en prime !

 

vue de Gordes dans le Lubéron

Les chemins de garrigue

J’ai découvert ces dernières années, en voyageant, que j’aimais beaucoup marcher. J’ai toujours adoré ça plus petite, quand je me perdais pendant des heures sur les falaises du Gaou, près des plages de Toulon. Mais ce plaisir de vaguer librement dans la nature m’est revenu en voyage. Et j’ai découvert que, pour laisser libre court à ce plaisir chez moi, c’était juste un jeu d’enfant ! Le Lubéron est parsemé de chemins qui s’enfoncent dans la garrigue, reliant un village à un autre. Il n’y a rien de plus grisant que de se retrouver là, les pieds poussiéreux sur ces chemins de rocaille. Comme une envie de te prendre pour une Manon des sources des temps modernes, haha !

 

Goult dans le Lubéron

Les villages

Cela reste l’un des must du Lubéron : les villages de santons, tous plus splendides les uns que les autres. Parmi mes préférés, Lourmarin, parce que j’y connais du monde et qu’il est vivant, Roussillon pour ses ocres qui me ramènent tout droit dans le Colorado des États-Unis, ou bien encore Goult, parce que c’est tout petit et trop mignon ! À chaque fois que des amis viennent visiter la région, c’est une bonne raison pour repartir à la découverte de chacun d’entre eux, je ne m’en lasse pas !

 

Son petit air de Toscane

Même si le Lubéron, comme le reste de la Provence, a son identité bien à elle, je ne peux m’empêcher de penser parfois à l’Italie quand je parcoure ses routes. Ses allées de cyprès ici et là qui mènent à de grands domaines, les vignes à perte de vue, le linge qui sèche aux fenêtres des maisons, les soirées pizzas qui finissent tard l’été, les images de cartes postales des petits villages de pierre perchés sur les collines. Oui, je ne peux m’empêcher de me sentir un peu dépaysée, même chez moi, j’adore !

 

les melons du Lubéron

Les marchés

On pense souvent aux marchés de Provence comme à ceux des magazines, avec des stands de légumes tout jolis, où l’on sent le melon et les fraises pour s’assurer de leur saveur. C’est aussi vrai ! Mais pour ma part, je suis également devenue une fan des marchés de chez moi, parce que je n’achète plus que là-bas ! Mes fringues, mes chaussures, mes accessoires de voyage, ils ont tout ! Et pour un rapport qualité-prix défiant toute concurrence. Du coup, ciao les chaînes de magasins, vive les portants chargés de mes commerçants préférés du marché de chez moi !

 

le temps des cerises dans le Lubéron

Les produits du terroir

Personnellement, j’adore la cuisine provençale ! Les légumes du soleil, les fromages frais, la fougasse, la tapenade (je crois que cela fait déjà trois fois que j’en parle dans cet article, vous aurez compris), l’aïoli qui fait une haleine de phoque, la soupe au pistou qui, malgré ses litres d’huile d’olives, passe toute seule, la ratatouille. Sans oublier les fruits et légumes qui poussent bien ici, comme les asperges, les fraises ou le melon (miam) ! Et quelques spécialités qui dépassent un peu les frontières du Lubéron, mais qui restent bien provençales et dont je raffole, comme les navettes à la fleur d’oranger, ou bien encore la tarte Tropézienne (mon gâteau d’anniversaire en titre depuis que j’ai 5 ans je pense)… Bref, j’ai faim !

 

Bon de réduction Airbnb - Valiz Storiz

 

blé dans le Lubéron

La lumière

Cela peut paraître tout bête, mais pour avoir vécu plusieurs années dans des villes du nord et du sud, il y a une chose primordiale qui influe sur le moral, au-delà de la météo et de la chaleur, c’est la lumière ! Quand je remonte dans certaines régions avec un temps bien gris, une couleur de ciel bien maussade, une lumière un peu bleue et froide qui s’immisce partout dans les appartements et dans la rue, je me dis que j’ai beaucoup de chance de pouvoir vivre dans un lieu où la lumière arbore une couleur chaudement dorée quand le soleil commence à décliner. Ça réchauffe, rien qu’à regarder !

 

borie dans le Lubéron

La Provence

Bah oui, s’il ne devait y avoir qu’une raison de vivre dans le Lubéron, ce serait celle-là ! Des milliers de gens tueraient père et mère pour vivre ici, haha ! Les lavandes, les santons, le fromage de chèvre, les cigales, le rosé… Mais au-delà de ça, c’est autant de petits détails de l’art de vivre à la provençale qui me font adorer être ici. C’est un mot comme « capeou » qui s’invite dans une phrase, plutôt que « chapeau ». C’est cet accent chantant qui égayent les phrases. Ce sont ces moments où tu te surprends à frotter tes mains contre des branches thym et à les sentir quand tu marches dans les sentiers. Ce sont les gens qui crient pour s’appeler dans les marchés. C’est le délicieux goût de la tapenade à l’apéro (encore cette tapenade, vous voyez)… Bref, je m’arrête là ! Vous m’avez compris !

Alors, il y en a-t-il certains qui souhaitent s’installer dans le Lubéron maintenant ? Je veux bien faire le guide !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

26 comments on “POURQUOI JE VIS DANS LE LUBÉRON ENTRE DEUX VOYAGES

  1. 30 mai 2017 at 14 h 33 min

    Intéressant! J’aurais bien aimé savoir aussi comment tu t’organises, est-ce que tu peux retourner chez la famille à chaque fois que tu rentres? Est-ce que tu as un appart que tu loues/sous-loues quand tu voyages? Ou autre chose?

    • 1 juin 2017 at 13 h 38 min

      Merci Audrey ! J’ai beaucoup de chance car j’ai ma chambre qui m’attend chez mes parents chaque fois que je reviens.. Idéal pour faciliter l’organisation et éviter les frais de loyer qui seraient ingérables sans ça.

  2. 30 mai 2017 at 14 h 38 min

    Quelle chance j’adore le luberon j’y vais qd je peux lors de mes vacances chez mon amie dans les bouches du Rhône

  3. 30 mai 2017 at 16 h 10 min

    Super article ! Tableau très bien présenté d’une partie de cette magnifique région ! Bon je pensais que t’allais parler des soirées mais effectivement elles se sont passées à la frontière du Lubéron ;-)

  4. 31 mai 2017 at 9 h 23 min

    Aaaaarrrrggghhhhhh !!!!! je veux du rosé!!! et des produits du terroir!!! et aller au marché!!! et jouer à la pétanque!!! et me balader dans la garrigue!!! et m’asseoir en terrasse!!! et, et, et… ok, j’arrête ^^ J’adore quand les blogueuses voyages parlent de la France <3 la France est super belle, et particulièrement le Lubéron! J'y étais allée en 2011 et j'avais beaucoup aimé! si tu y es toujours entre septembre et novembre je veux bien que tu sois mon guide! ;)

    • 16 juin 2017 at 9 h 42 min

      Haha bientôt tu vas pouvoir profiter de tout ça !!!!!!!! Tu rentres bientôt en plus hein ? Je n’y serai plus malheureusement d’ici septembre, je pars dans 3 semaines pour l’Asie !! Et j’y reste jusqu’à décembre ! Pfou, on n’est pas raccord sur nos plannings looool

      • 18 juin 2017 at 11 h 10 min

        Effectivement on n’est pas raccord du tout!!! Et oui je rentre en France dans un mois jusqu’à fin novembre avec des excursions par ci par là en France et en Europe!! Mais à partir de décembre, gros point d’interrogation pour moi! qui sait, on se croisera peut-être quelque part dans le monde à ce moment là ;)

  5. 31 mai 2017 at 11 h 57 min

    Si tu te présentes en « produit du terroir », tu vas avoir des acheteurs. Beau reportage autour de cette vallée de la Durance j’imagine. :-)

    • 1 juin 2017 at 13 h 40 min

      Mwouhaha tu crois que je devrais me lancer dans la vente de pâté ?! :D ça parle bien de chez nous, faudra passer voir !!!

    • 1 juin 2017 at 15 h 05 min

      Nan. Regarde ton reportage. La seule fois où on te voit, à condition de savoir que c’est toi, c’est dans le chapitre « produits du terroir ». Je n’en disais pas plus. :-)

    • 1 juin 2017 at 15 h 59 min

      Ah oui c’est vrai, j’avais même pas vu, énorme !!!

  6. 31 mai 2017 at 23 h 42 min

    Partante pour la pizza mozza-rosé-pétanque après une bonne balade dans la garrigue!! C’est quoi les dates? ;o)

  7. 1 juin 2017 at 20 h 48 min

    En effet ça semble pas mal! Après la Bretagne c’est agréable aussi ( aucun chauvinisme!)

    • 16 juin 2017 at 9 h 44 min

      Mwouhaha c’est trop beau aussi la Bretagne, c’est clair. Je préfère juste le temps de chez moi mais bon, les vrais Bretons diront toujours que la pluie bretonne ne mouille pas ^^

  8. 1 juin 2017 at 18 h 54 min

    Ça a l’air pas mal après la Bretagne c’est agréable aussi! ( aucun chauvinisme ;) )

    • 2 juin 2017 at 8 h 05 min

      T’es breton, irrécupérable, je te pardonne

      • 21 juillet 2017 at 14 h 34 min

        Dsl je n’avais pas vu que j’avais envoyé ma réponse en deux fois! Mais sinon la Bretagne c’est pas mal ;P (juste au cas où les gens n’avaient pas compris!)

  9. 2 juin 2017 at 8 h 27 min

    Tu prêches une convaincue ! La lumière, la nature sauvage, les vieilles pierres, tout ce que j’aime !

  10. 16 juin 2017 at 9 h 51 min

    En effet en Bretagne on dit souvent « il ne pleut vraiment que sur les cons » :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge