US open sans se ruiner
,

CE JOUR OÙ J’AI VU LA DEMI-FINALE DE L’US OPEN SANS ME RUINER

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, j’ai toujours rêvé d’aller voir au moins une fois, un match de tennis dans un tournoi du Grand Chelem. Je pense que Roland Garros est la seule compétition sportive qui m’ait fait sécher des cours dans ma vie et compromis la réussite de mes partiels (voire le seul événement tout court). Bref, je kiffe regarder le tennis (sans parler des tennisman qui sont… waouh waouh waouh). Bref ! Sauf qu’il y a un petit hic bien souvent, les prix. Bah oui, compliqué de claquer 150 € au bas mot pour aller voir un match, sans compter qu’à ce prix-là, on ne reconnaîtra même pas les joueurs. Bref, le budget voyageur ne me le permettait pas. Jusqu’à ce qu’on me dise comment faire pour aller voir un match de l’US Open sans se ruiner. J’ai tenté l’expérience !

Rendez-vous à l’entrée du stade avant le match

Ici, je dois remercier Jeff, un gars rencontré par hasard à la NY Public Library, qui m’a tout expliqué sur comment faire pour y arriver. J’ai suivi scrupuleusement ses conseils.
Tout d’abord, rendons nous sur les lieux du crime, au stade de l’US Open, station Mets-Willets Point. À la sortie, la couleur est annoncée : un flot ininterrompu de gens et droit devant, au-delà du pont surplombant la ligne de chemin de fer, le Arthur Ashe Stadium. J’ai juste envie de crier Yahoooooooooooou, sauf qu’il y a toujours un petit détail, je n’ai pas de billet…
Aujourd’hui, c’est la demi-finale affrontant Djokovic et Monfils, un petit frenchy en demi-finale, bien sûr qu’il faut que je rentre pour le soutenir !!!

N’allez pas plus loin que l’entrée du pont, à la sortie de la bouche de métro

Vendre ou acheter des billets à la sauvette à l’entrée de l’US Open, c’est interdit. Sauf si on reste à l’écart, au niveau de la sortie de métro. Tous les revendeurs de e-billets sont là, c’est facile de repérer. Il faut lever l’index bien en évidence pour spécifier que vous cherchez un billet, à grand renfort de « extras » ou « extra ticket please » quand les gens passent. La plupart vont vous regarder tel un dealer de drogue, baisser les yeux et ne surtout pas vous adresser la parole. Cela m’est arrivé alors que j’étais habillée en robe avec un gentil sourire sur le visage. C’est pour dire qu’il ne faut pas se décourager !

Il y a l’option des revendeurs

Ils revendent des e-billets pour environ 60 à 80 $, bien qu’on m’ait dit de ne pas proposer plus de 40 $. C’était vite vu pour ma part, je n’avais même pas ce budget… Si vous leur achetez un billet, il faut absolument leur demander de venir avec vous jusqu’à l’entrée, où ils scannent les codes. Parfois, ce sont des faux billets, ou des copies. Donc warning. Inutile de dire que quand je leur ai donné mon budget de 20-30 $ max, ils sont partis en rigolant…

 

US open sans se ruiner

Et il y a l’option achat aux spectateurs

Certains spectateurs ont des billets en trop, soit parce qu’ils reçoivent des invitations en pagaille, soit parce qu’un membre du groupe s’est désisté au dernier moment. Dans ces cas-là, ils essayent tout de même d’en tirer un bon prix. On m’a proposé entre 80 et 200 $ (haha, quand j’ai dit à une nana que je lui donnais 10 fois moins, elle a quand même prix mon numéro de téléphone au cas où, elle est mignonne, lol).
Inutile de dire que la match était déjà commencé, vu que j’ai poireauté bien 40 minutes en plein cagnard. Mais bon, je le voulais, mon billet !

Tout vient à point à qui sait attendre

Je commençais à un peu à désespérer jusqu’à ce que Jean de La Fontaine me donne raison, merci Jeannot ! Un couple d’une petite soixantaine, polos rutilants et cheveux blancs brillants s’approche et me propose un billet, un vrai, pas un e-ticket. Première bonne nouvelle : ils ne peuvent pas être faux. Je ne m’emballe pas trop quand même. Je demande quel est leur prix, j’attendais le 100$ ou autre.
Le papy me dit 20$… 20$ ? 20$ !!!!!!? Je crois que je leur ai tapé la bise à tous les deux pour les remercier, les pauvres Ricains, ils n’ont rien vu venir.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

US Open, ouvre-toi !

J’ai quand même dit au revoir à mes acolytes « sans ticket » qui restaient sur le bas côté. À force, on avait sympathisé. Comme ils m’ont dit, « t’es une fille, c’était sûr que t’allais trouver en premier ». Ah, que veux-tu. On est payé 20 % de moins que les hommes à job équivalent, mais on a des tickets de l’US Open moins cher et plus vite, ainsi va le monde !

Je suis rentrée tête haute avec mon fameux sésame. Arrivée à mon siège au troisième étage des gradins, je vois enfin, ENFIN, mon Gaël Monfils (j’adore ce mec) arracher le troisième set à l’implacable Djokovic. Je pensais être seule contre tous, mais le stade entier soutien Gaël, à grand renfort de « Go Gawel » et « Monefissssss ». Selon l’écran pendant les pauses, Andy Roddick est en face et Bruce Willis à ma gauche, haha ! Je vous passe les applaudissements incessants, l’ambiance électrique dès que l’outsider marque des points légendaires et l’odeur enivrante des pop-corns et autres chips épicées. C’était magique !!

Voir une demi-finale de l’US Open sans se ruiner : CHECK !

Alors, est-ce que quelqu’un va tenter ça dans un des prochains tournois, haha ?!?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

2 comments on “CE JOUR OÙ J’AI VU LA DEMI-FINALE DE L’US OPEN SANS ME RUINER

  1. 28 octobre 2016 at 9 h 10 min

    Oui ,tu as eu beaucoup de chance d ete une Fille …lol Fier de toi d avoir cru au tuyau de ton Americain ..,Merci a ce couple de personnes agees ,pour 20 € je t en aurai fait cadeau ….Bonne continuation ,et continue a partager tes journees insolites …

Leave a Reply