jour de l'an à Londres
,

CE JOUR OÙ J’AI ESSAYÉ DE PASSER UN JOUR DE L’AN À LONDRES

Ou devrais-je dire : un jour de l’an à Londres… SYMPA ! Mais je n’ai pas réussi... Ah, les réveillons de jour de l’an. On se fait toujours une montagne de ce que ça va être : supers soirées en perspective, robes à paillettes et confettis, bonne bouffe, supers rigolades entre potes au programme. Bref, ça devrait être tellement génial. Hum… Sauf que pour ma part, cela fait quelques années que je boude les soirées du 31 décembre, parce que j’ai tellement été déçue de ces soirées où il ne se passaient finalement pas grand chose, que j’ai rendu le tablier à paillettes… Bref, je suis triste à pleurer le 31 décembre, je l’avoue.

Mais cette année, comme je suis à Londres, c’est un peu la grande classe. Impossible de ne rien faire, quoi. Je travaille au restaurant jusqu’à 1 h du matin, mais ensuite, les collègues ont prévu d’aller en boite. Bref, je me fouette depuis trois jours pour me motiver. Je ne veux pas passer pour la vieille fille qui rentre chez elle sans plan. Allez, ça devrait être cool de passer un jour de l’an à Londres!!! C’était sans compter sur mon flair légendaire…

jour de l'an à Londres

Le boulot se termine, l’ambiance chauffe

On a fêté la nouvelle année en plein service, au champagne. Ça commence à crier et rigoler dans l’équipe, malgré les quelques clients restant encore dans le restaurant (et qui nous regardent d’un air médusé, non mais quelle idée de crier à minuit, quoi !). Je termine le service tant bien que mal malgré mes deux verres de champagne dans le gosier (et perso, à deux verres de champagne, je suis déjà raide, en principe…). Les chaises sont sur les tables, les tables sont propres, la machine à café reluit, on va pouvoir faire péter le tablier pour enfiler les escarpins ! Bon, ça s’annonce plutôt bien cette année, finalement…

Qui dit jour de l’an à Londres dit alcool…

Je me change en vitesse et reviens. Juste à temps pour voir ma General manager allongée sur le comptoir pendant qu’un barman lui verse des litrons de vodka directement dans la bouche. Le chef cuisinier végète dans son coin avec une bouteille de rhum à la main. Et je réalise que mon manager de salle est déjà dans un état pitoyable lorsqu’il me susurre à l’oreille que je suis super « hot » ce soir. Disons que je ressemble juste à une fille par rapport à d’habitude, avec du rouge à lèvres et des talons (ce qui change de l’uniforme de service, en effet). Pfou, ça craint déjà. Va falloir se mettre dans l’ambiance !

C’est l’heure de partir en boite

Je suis ravie car j’apprends qu’on m’a réservé un ticket pour une super soirée dans une boite que je ne connais pas encore à Brick Lane. Cool ! Le prix du ticket ? Ah, quand même… Moins cool. Et tu l’as déjà acheté pour moi sans me le dire… ? Ok. Allez, on va passer une bonne soirée, c’est le plus important !

Et c’est là que ça commence à partir en live…

On arrive près de l’entrée de la boite. Les vigiles nous repèrent à 10 000 vu qu’on ressemble plus ou moins à un troupeau de gnous qui crie et miaule. Et là, c’est le drame. Notre chef cuisinier adepte de rhum s’engueule illico avec les portiers. La sentence : reviens dans 30 minutes quand tu seras moins bourré. C’est honnête. L’autre partie de l’équipe, dont moi, peut accéder au hall d’accueil en attendant les autres.

« Ah oui, mais nous, on n’a pas de ticket. Et on veut pas payer un ticket si l’ambiance est nulle ». Pfou, quelle bande de relou. « Nastasya, tu peux aller voir dedans si l’ambiance est bonne ? Et tu nous dis si ça vaut le coup ». OK, je fais un rapide petit aller-retour dans la boite. Il est 4 h du mat, il ne reste plus grand monde avec un regard humain là-dedans. Bon, une partie du groupe est déjà prête à nous faire faux-bond, super…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Et on termine notre jour de l’an à Londres en beauté !

On ressort pour voir ce que les autres racontent. Le chef cuisinier est revenu un peu trop tôt selon les vigiles, les négociations recommencent. Et tout d’un coup, il chute de tout son poids sur les barrières de sécurité et emporte avec lui deux autres collègues. Les mines sont un peu confuses, ça a l’air d’aller, jusqu’à ce que je vois le visage de ma collègue M. qui se tord de douleur. Ou plutôt qui se convulse à intervalle régulier pour signifier « y’a un truc bizarre avec mon corps et ça doit faire mal mais comme je suis à trois grammes, je ne suis pas trop sûre ».

Elle se relève. Et là, c’est le drame. Un verre cassé est allée faire une visite dans son mollet gauche et en profondeur. Ça pisse le sang, ça pleure, ça beugle. Je ne regarde pas trop en détail car je vais tourner de l’œil. Du peu que j’ai vu, c’est laid. La soirée est à priori finie. On n’aura pas été loin !

Quoique…

On a tout de même terminé la soirée vers 10 h du matin !! Bah oui. C’était sans compter sur les 2 h d’attente d’une ambulance qui ne viendra jamais, d’un tour en taxi à 5 h du matin pour aller à l’hôpital le plus proche et de plus de 3 h d’attente aux urgences, le tout en écoutant la douce mélodie de ma collègue M. qui traite son mec de “prick” au téléphone, parce qu’au Portugal et a trois grammes également, il ne comprend pas très bien que sa chère et tendre a la jambe en charpie… Cela énerve M. Elle a du mascara jusque dans le cou. C’est vraiment pas terrible…

Au moins, j’aurai découvert à quoi ressemble un hall d’urgences un réveillon de nouvel an à Londres. Entre les filles qui comatent, agenouillées par-terre, le front sur le sol parce qu’elles ont du trop boire, les mecs à l’arcade sourcilière explosée pour on ne sait quelle raison, bagarre ou chute malheureuse, et ma collègue à la jambe découpée qui beugle comme un veau, mon cœur balance.

Conclusion : C’EST TERMINÉ ! Je confirme que les jours de l’an sont à ch***. J’y ai mis du mien, ça ne veut pas, même à Londres. Terminada ! Le bon côté des choses, c’est que je m’en rappellerai toute ma vie, de celui-ci…
Passer un jour de l’an à Londres, ou du moins essayer : CHECK !

Si vous êtes d’accord avec moi, merci de partager cette histoire sur Facebook ! Avez-vous déjà passé ce genre de nouvel an bien pourri ? C’est le moment d’en parler ! :D

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Nastasya Kotnarovsky

Fondatrice du blog, Nastasya fait partie de ces personnes qui ont les pieds sur terre, mais surtout la tête dans les étoiles. Après un début de carrière en marketing, elle décide de tout plaquer pour commencer une vie trépidante, faite de voyages et de rêves qui deviennent réalité. Parce qu'on n'a qu'une vie !

You May Also Like

10 comments on “CE JOUR OÙ J’AI ESSAYÉ DE PASSER UN JOUR DE L’AN À LONDRES

  1. 4 janvier 2016 at 11 h 15 min

    Wahoo ! Moi qui pensait que mon expérience de nouvel an à Amsterdam était la plus pourrie de tous (il faudrait d’ailleurs que j’en fasse un article aussi, ça peut être drôle), tu as fait pêter tous les records !

    • Qu’est-ce qui s’est passé pour toi Camille? Je veux savoir, je suis curieuse maintenant !!! :D

      • 5 janvier 2016 at 18 h 45 min

        Oh rien de particulier … J’ai juste a passé 2 nuits blanches de suite, failli me prendre un petard en pleine tête, me suis retrouvée dans un bar miteux rempli de mec bourrés, ceux de la table d’à côté se sont mis à se battre en faisant valser ma chaise, pendant que leur amie s’urinait dessus en dansant sur la table. Et j’ai finalement passé le reste de la nuit – de 2h à 5h dans le froid et sous la pluie devant la gare en attendant un bus. Ah et un mec m’a vomi dessus aussi. Une soirée classique quoi ! :)
        Sinon je ne parle même pas de la concentration de gens ayant abusé de coffee-shop pendant la soirée…
        J’adore cette ville, mais PLUS JAMAIS à nouvel an !

  2. 4 janvier 2016 at 11 h 55 min

    Bonjour Nas, et merci pour le partage de cette belle nuit londonienne.
    Patience, plus que 12 mois à attendre pour la prochaine expérience …
    Bien rigolé
    Bizou

    Mimi

  3. 4 janvier 2016 at 12 h 57 min

    Voyons les choses du bon côté, cette fois-ci ce n’était pas toi la victime… Il y a donc de l’amélioration dans l’air quand même, isn’it!? Allez, BONNE ANNÉE quand même…

    • 4 janvier 2016 at 17 h 25 min

      Mais je suis tout à fait d’accord pour le coup! L’année s’annonce plutôt très bien haha! Bonne année à vous 2 aussi! Va falloir que vous me racontiez votre périple hein??!!!

  4. 5 janvier 2016 at 21 h 50 min

    ahahah au moins il m’a bien fait rire ton jour de l’An, bien raconté, et tout à fait d’accord avec toi sur le concept à fuir !
    Gaël

  5. 6 janvier 2016 at 19 h 19 min

    Wouah la soirée qui donne envie ! Finalement je ne regrette pas ma soirée à profiter de l’orgie de nourriture qu’offre les soirées parentales, de la coupette de champagne à minuit et au lit avec un bon petit film ahaha !
    Mais ça fait toujours une histoire (certes un peu amère) à raconter, et puis c’est bien de conforter ses certitudes de temps à autres histoire d’être VRAIMENT sûre ahaha !

Leave a Reply